STOP aux déchets sauvages !

J’aime traîner ma patte dans ma ville adorée. Dès l’aube, Mishima commence à s’agiter et m’incite à sortir en catimini. Dès que nos maîtres piquent du museau, c’est parti pour une virée féline dans les rues basses! Mais depuis que ce microbe de Covid a débarqué dans nos vies, 

les déchets qui parsèment le bitume se sont multipliés! C’est un comble vu que cette pandémie est sensée nous avoir appris à être plus clean. Mishima s’en délecte lui qui a pour passion de fourrer son museau un peu partout mais moi au contraire cela hérisse mon poil soyeux car je vous avoir un penchant maniaque. 

Il paraît que sur 5000 tonnes de déchets ramassées en moyenne chaque année par la voirie, un tiers est récupéré au sol. Ainsi, la Ville de Genève a décidé de lancer une nouvelle campagne de sensibilisation sur les déchets qui jonchent la voie publique appelée Stop aux déchets sauvages ! J’ai d’ailleurs appris un nouveau mot: littering (déchets sauvages). Au départ, je pensais qu’on me parlait de litière, cela sonne drôlement pareil, non? Bref, la Ville de Genève veut marquer les esprits et a inauguré deux installations de streetmarketing sur les bords du lac: un mot «STOP» géant inscrit sur la Plage des Eaux-Vives et des déchets géants sur le quai Wilson. Une campagne d’affichage et des posts sur les réseaux sociaux complètent le dispositif. La voirie fera aussi de la sensibilisation sur les deux sites en distribuant des linges de bain et des cendriers de poche. Je trouve l’initiative très positive. C’est pourquoi je contribue à ma mini échelle à vous sensibiliser. Gare à ceux que les agents chopperont la patte hors du sac poubelle! Les amendes s’élèveront entre 100 et 200 francs en fonction du type d’infraction…je vous aurais prévenu! Rooar.