Go Out! N°50

Cinq ans à palper les pulsations culturelles des Genevois et un postulat: jamais l’envie de se décupler pour en partager l’intégralité n’a été aussi vivace! Outre les difficultés, Genève voit ses initiatives artistiques se multiplier et sa diversité culturelle croître, nous poussant toujours plus à être en alerte. Au point où l’équipe du magazine ne sait d’ailleurs plus où donner de la tête. L’enthousiasme chauffé à blanc, nous avons perdu la notion du temps. Pardi, 5 ans déjà! Cinq années à vouloir s’immiscer partout avec la même soif brûlante, celle de tout découvrir, tout toucher et tout mordre pour en démordre avec ce cloisonnement qui nous guette. Celui de nos appréhensions, de notre frilosité mais aussi de nos routines balisées. Pour briser ces murs susceptibles d’entraver nos horizons, un seul remède: le bouillonnement artistique de Genève, sa diversité et les tourbillons de ses fêtes. Ils débordent, à nous de toujours plus nous dépasser pour vous encourager à y succomber. Bien à propos, avril se présente sous ses meilleurs auspices avec Martin Disler qui s’expose au Cabinet de Arts Graphiques (CAG) ainsi que l’œuvre imagée du poète Jacques Prévert à la Fondation Jan Michalski. On goûtera dans ce numéro à la nomenclature architecturale de Wilmotte, tandis qu’au cours du Festival La Cour des Contes on plongera dans un échange musclé de coups poing avec Mohamed Ali lors de son mythique match au Zaïre (ex-République démocratique du Congo). Le temps d’un battement d’ailes, on s’envolera loin dans les sillons de Schubert au Bâtiment des Forces Motrices (BFM) pour mieux atterrir sur les mélopées de Liszt, Adams et Beethoven. Avril sera aussi l’occasion de se laisser fondre dans les envolées de Fauré présentées par l’association Lied & Mélodie. Pour clore le tout, on file s’oublier dans les bacchanales électriques de l’Electron Festival. Bonne lecture.

 

A la Une

Agenda du jour

- Voir tous -

Blog

- Voir tous -

Vidéos

- Voir tous -

Partenaires