SIHH 2019 : le best-of !

Master Grande Tradition Gyrotourbillon Westminster Perpétuel Front ©Jaeger-LeCoultre

La frontière entre prudence et attentisme est parfois fine – si fine que bien des marques horlogères la franchissent sans même s’en rendre compte. Ce fut le cas au Salon International de Haute Horlogerie (SIHH), qui vient tout juste de fermer ses portes. Alors que l’année 2018 se concluait sous de bons auspices, certaines maisons se sont pourtant retranchées sur leurs bases arrière, en attendant une embellie aussi espérée qu’incertaine. D’autres marques ont, à l’inverse, pris le parti d’accélérer le mouvement et de se différencier avec des garde-temps audacieux ou tout simplement bien positionnés. Parmi quelques pièces anecdotiques, quatre sortaient du lot.

L’incontournable
Vacheron Constantin – Traditionnelle Twin Beat QP

Sans conteste, la pièce incontournable du salon. Son principe est si évident que personne n’y avait pensé. Au départ, un constat : il n’y a rien de plus fastidieux que de devoir reprogrammer les jour, date, mois, année et phases de Lune de sa monte lorsque celle-ci s’est arrêtée. Vacheron Constantin a donc imaginé une pièce avec deux échappements et deux rythmes. Le premier mode, actif, fait battre la montre à une fréquence traditionnelle de 5 Hz, lui offrant quatre jours de réserve de marche. Le second mode, Veille, s’actionne d’un simple poussoir. Il fait tomber la fréquence à 1,2 Hz et monter sa réserve de marche à soixante-cinq jours. On peut donc laisser sa montre trois mois au coffre sans qu’elle ne perde l’heure ni la date, puis la remettre au poignet et à une fréquence normale en appuyant sur le même poussoir. Ingénieux, évident et, comme toujours, parfaitement exécuté.


La plus clivante
Audemars Piguet – Code 11.59

« Nous n’aurons jamais été autant victimes de propos haineux ». François-Henry Bennahmias, CEO, résume bien la situation : sa nouvelle création, Code 11.59, rassemble tout le monde… contre elle. L’exercice était aussi nécessaire qu’audacieux : offrir une alternative à l’emblématique Royal Oak. La Code 11.59 doit incarner cette alternative mais son design a déchaîné les passions. Laissons la pièce s’installer, les marchés décider. F-H Bennahmias n’a plus grand chose à prouver : à son arrivée en 2012 avec 600 millions de francs de chiffre d’affaires, il a porté Audemars Piguet à 1,1 milliard de francs… sans augmenter le volume de production. Gageons que sa vista le suivra sur ce périlleux lancement.


La plus évidente
Maurice Lacroix – Aikon Automatique 39 mm

Tout le monde ne met pas 25’000 francs dans un achat coup de cœur. Pour un zéro de moins, Maurice Lacroix a visé juste avec la version 2019 de son best-seller, l’Aikon. Réduite en 39 mm, la pièce garde sa puissance, exprime un design juste et, pour ne rien gâcher, peut se porter au poignet de madame ou de monsieur. Pourquoi se priver ?


La plus horlogère
Jaeger-LeCoultre – Master Grande Tradition Gyrotourbillon Westminster Perpétuel

Le monde horloger ne serait pas si beau sans ses grandes complications. Une fois encore, Jaeger-LeCoultre affiche sa maestria avec une pièce hors norme, régulée par un gyrotourbillon. Cet organe réglant placé à 6h tourne en permanence sur lui-même suivant trois axes. Cette hypnotique révolution est complétée par une sonnerie dont les différents timbres sont capables de sonner les heures, les quarts et les minutes. Le tout est complété par un calendrier perpétuel. Pour collectionneurs (très) avertis.

Journaliste horlogerie