SALIMA FILALI, LE PHENIX DU ZELLIGE

Lauréate du programme de mentorat Light’Up de la Fondation WRP, Salima Filali expose pour la première fois ses créations d’exception en zellige, un assemblage de terre-cuit émaillée servant habituellement au décor des édifices traditionnels du Maroc. À la jonction entre artisanat d’art et architecture, son travail insuffle un nouveau souffle à ce savoir-faire vieux d’un millénaire, prouvant ainsi que l’artisanat traditionnel est capable d’évoluer et de s’adapter au monde actuel. Proposant des revêtements muraux oniriques ainsi que des œuvres d’art uniques, la jeune entrepreneuse crée des décors poétiques, oscillant entre tradition ancestrale et modernité. 

Salima Filali est architecte de formation. Lors de ses études à l’Université de Bruxelles, elle entreprend un Erasmus à Fribourg avant de s’établir définitivement à Genève. Diplômée de l’HEPIA, elle travaille pendant six ans au sein d’un grand cabinet d’architecture. Pendant cette période, elle entreprend un projet personnel en prenant en charge la rénovation d’une maison achetée par ses parents dans une Médina au Maroc. Au contact des artisans locaux, elle s’ouvre aux savoir-faire traditionnels dont le zellige, principalement employé pour décorer les mosquées et les palais d’architecture mauresque. Inspirée par cet art datant du Xe siècle qui se fait malheureusement de plus en plus rare, elle décide de se lancer le défi de réinterpréter cette technique traditionnelle en y apportant sa vision personnelle de designer afin de proposer des créations innovantes et contemporaines en collaboration avec des artisans marocains. En résultent des réalisations d’exception, entièrement fabriquées à la main, conçues et inspirées par l’artisanat marocain et diverses histoires plus personnelles. 

Le zellige de Salima Filali, créatrice de décors.

Le zellige consiste en un assemblage de tesselles émaillées de terre-cuite taillées à l’aide d’un marteau à pointe plate, formant des décors aux motifs géométriques. Au fil du temps, les artisans pratiquant cet art millénaire particulièrement technique restent le plus souvent enfermés dans des compositions traditionnelles standardisées et peu innovantes. De ce fait, le zellige séduit bien moins qu’auparavant. En associant sa vision de designer et son expérience suisse au savoir-faire des artisans du zellige, Salima Filali revisite la décoration traditionnelle marocaine en la faisant évoluer. Qu’elles soient présentées sous forme de revêtements muraux ou encadrées et expressément pensées comme des tableaux, ses créations en zellige s’affranchissent des codes de la décoration d’intérieur, de l’art et de l’architecture en proposant des créations uniques qui remettent au goût du jour des artisanats presque oubliés. La collection Tatoui, par exemple, est inspirée de la technique éponyme venant du sud du Maroc et qui consiste à assembler des tiges de laurier séchés pour en faire de faux-plafonds. Salima Filali explique : « Dans mes créations, je recherche la poésie, j’ai envie de dégager une émotion, qu’on sente qu’il y a une histoire ». 

Le zellige de Salima Filali, créatrice de décors.

Un beau projet visionnaire qui valorise un métier, une matière et surtout une technique, et qui réhabilite un artisanat ancestral tout en le modernisant. Et ça, chez Go Out, on adore. Il n’y a pas de doute, Salima Filali est assurément une jeune créatrice à suivre ! 

LAUREATS LIGHT’UP – SALIMA FILALI
Jusqu’au 4 juin
Fondation WRP
Visite sur rendez-vous
Rue François-Bonivard 12
1201 Genève

www.fondation-wrp.org