Le Neptune se mue en Tablar!

Nicolas Darnauguilhem    ©Jagoda Wisniewska pour T Magazine

Après nous avoir fait triper avec Le Neptune pendant près de 4 ans, notre chef de file préféré Nicolas Darnauguilhem retourne sa table pour éveiller à nouveau nos curiosités culinaires en transformant son restaurant en un nouveau concept qu’il baptise le Tablar! Tel un zèbre parmi les pingouins du coin, ce chef à la franchise rafraîchissante confirme son côté rebelle et avant-garde. Sur le ring du feeling, laissons le remanier son espace à sa sauce. On est certain que d’une chose: on y retournera les yeux fermés et la soif et l’appétit grands ouverts! 

Difficile d’enterrer une adresse sur laquelle on se léchait les babines rien qu’en prononçant son nom: Neptune. Ah ces menus allurés feng-shui, précis dans la saveur, pointus dans la saveur, cinglant à chaque bouchée! Certes nos souvenirs fument mais nos fantasmes fondent doucement pour en créant de plus alléchants. Car Nicolas Darnauguilhem a toujours su et osé bouleverser les codes pour nous en mettre plein l’assiette et le verre ! Avec son Neptune, il avait décroché la note de 15/20 au Gault et Millau, fait son entrée dans le classement OAD des 100+ meilleurs restaurants d’Europe (2ème de Suisse). Las des protocoles accolés aux tables gastronomiques, on a vite compris qu’il avait besoin de renouveau et surtout d’un espace qui corresponde plus à sa personnalité. Un lieu plus convivial, moins intimidant où les frontières s’effacent et, comme il le dit lui-même, « un peu plus bruyant ».

Ainsi, après 4 ans, Le Neptune laisse donc la place au Tablar, grand frère du Tabouret Bar ouvert en 2017. Un bar certes, mais qui servira du mardi au samedi de 18h à minuit une cuisine gourmande et généreuse à son image. A midi, et sur réservation uniquement, Nicolas cuisinera lui-même pour un groupe de 6 à 10 personnes (max) auxquelles il servira un menu unique, préparé devant elles, comme à la maison. La seule contiguïté? Son amour du produit locavore et saisonnier.

Pour la scénographie, le chef a pensé à un espace très ouvert, où les frontières entre le bar, la salle et la cuisine s’estompent. On pourra admirer le chef et sa team concocter des plats affolants de talents et excitants de partout depuis une des grandes tables. Au menu? Quelques huîtres avec un verre de vin ou alors une multitude de plats à partager et à allier avec l’un des nombreux cocktails « de cuisinier ». La passion pour les vins de Nicolas aura toujours une grande place au Tablar, où l’on pourra découvrir de merveilleux vins naturels et une très belle carte de vins oxydatifs au verre, de Genève et d’ailleurs. On y trouvera également une kyrielle de bières artisanales, à la bouteille ou au verre. Cheers! 

Dès le 14 mars 2019

Le Tablar 

Rue de la Coulouvrenière 38, 1204 Genève

Tél. 022 320 15 05

Directrice éditoriale et artistique, co-founder

Née à Genève, Mina Sidi Ali grandit à Alger puis revient entamer un cursus scolaire d’où elle sort diplômée d’un double master des Relations Internationales et de Sociologie à l’Université de Genève. Après avoir sillonné la planète terre, vécu au Japon et en Afrique du Sud entre autres, elle s’unit à l’univers des mots. Entre sémio et typo, elle s’affilie à la galaxie de l’écrit. En 2012, elle se prend à rêver les yeux ouverts et aux côtés d’Olivier Gurtner, reprend les rênes du magazine culturel Go Out! jusqu’en 2016 où elle poursuit dorénavant l’aventure éditoriale seule. Eprise de cinéma d’auteur, d’art contemporain et de design, cette sondeuse de nouvelles tendances voue un amour fou pour sa ville natale et sa généreuse culture.