Go Out Magazine Menu

Publié par le 15.06.2018

Voilà vingt-cinq étés que l’incontournable Verbier Festival offre aux plus brillants talents l’occasion de résonner entre les monts du val de Bagnes, portant leur écho bien au-delà de nos étroites frontières. Créé en 1994 par le mélomane suédo-vaudois Martin Engström, ce rendez-vous s’érige vite en titan de la scène classique internationale. Cette vingt-cinquième édition se veut festive, réunissant un inégalable palmarès de virtuoses autour de 59 concerts et d’un très chic gala d’anniversaire. Direction les alpes valaisannes, du 19 juillet au 5 août, pour un cru qui atteindra assurément des sommets.

par Fabien BERGERAT

Valery Gergiev (c)Fred Toulet, Voilà vingt-cinq étés que l’incontournable Verbier Festival offre aux plus brillants talents l’occasion de résonner entre les monts du val de Bagnes, portant leur écho bien au-delà de nos étroites frontières. Créé en 1994 par le mélomane suédo-vaudois Martin Engström, ce rendez-vous s’érige vite en titan de la scène classique internationale. Cette vingt-cinquième édition se veut festive, réunissant un inégalable palmarès de virtuoses autour de 59 concerts et d’un très chic gala d’anniversaire. Direction les alpes valaisannes, du 19 juillet au 5 août, pour un cru qui atteindra assurément des sommets. par Fabien BERGERAT, go out magazine juin 2018

Valery Gergiev (c)Fred Toulet

Nouveau maître à bord

Honorant assidûment ses invitations à Verbier depuis 2004, Valery Gergiev reprend cette saison la direction musicale du festival, menant dès le premier soir le Verbier Festival Orchestra accompagné de Daniel Lozakovich au violon, George Li au piano et de l’inimitable soprano Pretty Yende. Un concert d’ouverture qui se veut la vitrine de la relève, mêlant Saint-Saëns et Mendelssohn au russe Rimski-Korsakov, ce dernier ayant donné son nom au conservatoire où Gergiev a commencé sa carrière musicale. Connu pour son rôle de directeur du Mariinsky, le chef entretient une relation fidèle avec le public bagnard, qu’il a bercé quasi annuellement avec son orchestre.

Pretty Yende (c)Gregor Hohenberg Courtesy of Sony Music Entertainment, Voilà vingt-cinq étés que l’incontournable Verbier Festival offre aux plus brillants talents l’occasion de résonner entre les monts du val de Bagnes, portant leur écho bien au-delà de nos étroites frontières. Créé en 1994 par le mélomane suédo-vaudois Martin Engström, ce rendez-vous s’érige vite en titan de la scène classique internationale. Cette vingt-cinquième édition se veut festive, réunissant un inégalable palmarès de virtuoses autour de 59 concerts et d’un très chic gala d’anniversaire. Direction les alpes valaisannes, du 19 juillet au 5 août, pour un cru qui atteindra assurément des sommets. par Fabien BERGERAT, go out magazine juin 2018

Pretty Yende (c)Gregor Hohenberg Courtesy of Sony Music Entertainment

Réunion de classe

Martin Engström a voulu rassembler autour de cette célébration les personnalités marquantes qui ont fait le festival. Un gala-concert réunira le 25 juillet un cortège de grands noms pour l’exécution d’un programme secret, avec Martha Argerich, Sergei Babayan, les frères Capuçon, Janine Jansen, Evgeny Kissin, Daniil Trifonov et bien d’autres. Une grand-messe sous le toit de la salle des Combins, avec à la barre le capitaine Gergiev.

Envolées lyriques

Une fois n’est pas coutume, le Verbier Festival perpétue son attachement historique au répertoire lyrique. À la une de cette édition, l’opéra Adriana Lecouvreur, chef d’œuvre de tragédie lyrique signé Francesco Cilea, avec la soprano russe Tatiana Serjan dans le rôle-titre. Les jeunes chanteurs de l’académie du festival interpréteront quant à eux Rigoletto de Verdi, sous la baguette de Stanislav Kochanovsky, après avoir suivi trois semaines de master-classes avec les têtes d’affiche de la saison. L’occasion pour l’institution de réitérer son engagement pour le lien entre les générations d’artistes et la formation de la relève, mettant en avant son Academy dont les jeunes talents sont choisis parmi plus de 1’600 candidats – ainsi que le Verbier Festival Orchestra, composé de jeunes de 18 à 28 ans, et le Verbier Festival Junior Orchestra pour les 15-18 ans.

Seong Jin Cho (c)Harald Hoffman, Voilà vingt-cinq étés que l’incontournable Verbier Festival offre aux plus brillants talents l’occasion de résonner entre les monts du val de Bagnes, portant leur écho bien au-delà de nos étroites frontières. Créé en 1994 par le mélomane suédo-vaudois Martin Engström, ce rendez-vous s’érige vite en titan de la scène classique internationale. Cette vingt-cinquième édition se veut festive, réunissant un inégalable palmarès de virtuoses autour de 59 concerts et d’un très chic gala d’anniversaire. Direction les alpes valaisannes, du 19 juillet au 5 août, pour un cru qui atteindra assurément des sommets. par Fabien BERGERAT, go out magazine juin 2018

Seong Jin Cho (c)Harald Hoffman

Pianistes bien notés

Le légendaire roumain Radu Lupu, lausannois d’adoption, fera son apparition à cette édition anniversaire, accompagné de son ami Gábor Takács-Nagy et de sa baguette, pour une interprétation unique du Concerto pour piano n°4 de Beethoven. A noter également la 21ème participation du grand Evgeny Kissin, qui se produira en récital avant de se joindre au Verbier Festival Orchestra pour interpréter l’illustrissime Concerto pour piano n°2 de Rachmaninof. Autre soirée à ne pas manquer, le récital solo d’un habitué des lieux, Daniil Trifonov, qui interprétera un échantillon varié de son vaste répertoire.

Le jeune Seong-Jin Cho, lauréat du Concours Chopin que nous avions suivi à Varsovie en 2015, poursuit sa conquête de la scène internationale en faisant escale dans nos montagnes pour un récital solo de Chopin, Debussy et Schuman, ainsi qu’un récital de chambre avec le jeune violoncelliste Andrei Ionit.

Rufus Wainwright (c)Matthew Weich, Voilà vingt-cinq étés que l’incontournable Verbier Festival offre aux plus brillants talents l’occasion de résonner entre les monts du val de Bagnes, portant leur écho bien au-delà de nos étroites frontières. Créé en 1994 par le mélomane suédo-vaudois Martin Engström, ce rendez-vous s’érige vite en titan de la scène classique internationale. Cette vingt-cinquième édition se veut festive, réunissant un inégalable palmarès de virtuoses autour de 59 concerts et d’un très chic gala d’anniversaire. Direction les alpes valaisannes, du 19 juillet au 5 août, pour un cru qui atteindra assurément des sommets. par Fabien BERGERAT, go out magazine juin 2018

Rufus Wainwright (c)Matthew Weich

Musique eclectique

Le monument symphonique marquant de cette édition est la 4ème de Gustav Mahler, interprétée par le Verbier Festival Orchestra sous la baguette de Christoph Eschenbach. La soprano Ying Fang y ajoutera ses couleurs, avant sa performance plus intime d’une cantate de Bach, le lendemain, accompagnée par l’orchestre de chambre du festival.

Pour les publics moins guindés, ou pour ceux à qui l’altitude donne d’étranges idées, le chanteur Rufus Wainwright, rendu célèbre par le Moulin Rouge! de Baz Luhrmann en 2001, viendra interpréter ses chansons pop entouré de musiciens classiques. Enfin, le VF Unlimited (regroupant les activités Discovery et Fest’Off) apportera sa dose d’ambiance à la station avec un éventail varié d’événements gratuits, notamment des concerts de jazz, avant que Verbier ne s’endorme à nouveau pour quelques mois jusqu’à l’invasion des skieurs et, souhaitons-le, de la neige.

Verbier Festival
Du 19 juillet au 5 août
Divers lieux à Verbier