Go Out Magazine Menu

Publié par le 19.12.2018

Global Migration Film Festival
Informer, inspirer, transformer et promouvoir l’inclusion. Telle est la devise du Global Migration Film Festival, qui célèbre sa troisième édition en cette fin d’année. À l’origine de cette initiative, l’Organisation des Nations Unies chargée des migrations s’évertue à proposer une sélection d’œuvres de cinéastes reconnus tout comme débutants afin de partager des récits relatifs à la migration. Présenté dans plus de cent pays, le GMFF se déroule jusqu’au 18 décembre à Genève. Parmi les projections présentées, Strange Daughter de Stephan Lacant ouvrira le bal. Le long-métrage dépeint l’histoire d’amour entre Lena et Farid, malgré le rejet de leurs familles respectives en raison de leur différence de religion et de culture. CittàGiardino de Marco Piccarreda narre quant à lui l’histoire de Sahid et Farouq, deux jeunes réfugiés qui vont tenter de s’évader de leur centre pour émigrés basé en Sicile, suite à la fermeture imminente de celui-ci. On ne peut que saluer un festival qui prône le vivre ensemble et met en image ce qu’est la migration, ses promesses et ses défis.

Global Migration Film Festival
Jusqu’au 18 décembre
Divers Lieux
Plus d’informations sur www.iom.int/fr/global-migration-film-festival

 

La Saveur des Ramen
En cette période de l’année dotée d’un climat relativement glacial, un bon ramen ne se refuse pas. Et encore moins lorsqu’il est projeté à l’écran. L’incontournable mets japonais fait figure de pièce maîtresse au sein du nouveau film d’Eric Khoo, le bien nommé La Saveur des Ramen.

Un jeune cuisinier adepte du bouillon, Masato (Takumi Saito), perd son père tragiquement et décide de se rendre à Singapour où une partie de sa famille proche réside toujours. Sur fond de secret familial enfoui depuis le décès de sa mère, Masato va peu à peu découvrir la vérité tout en concoctant de savoureux petits plats au fil de l’intrigue. L’art d’associer une œuvre dramatique avec des scènes de préparation / dégustation de ces chaleureux bouillons constitue le charme même du septième long-métrage du réalisateur singapourien.

Difficile de ne pas sortir des salles obscures en étant passablement ému, tant le film dispose d’une justesse et d’une sobriété rares. Seul bémol, car il y en a un, l’envie soudaine de déguster un bon bol de soupe après s’être léché les babines durant une heure et demi. FG

La Saveur des Ramen d’Eric Khoo
Sortie le 26 décembre

Rétrospective Ingmar Bergman
Un siècle. Déjà cent ans que le génie du 7ème art Ingmar Bergman a vu le jour à Uppsala, en Suède. Pour célébrer cet anniversaire de la meilleure des manières, les cinémas du Grütli organisent une rétrospective hommage comportant une vingtaine d’œuvres du réalisateur.

Figure iconique du milieu de par ses films aux thématiques variées, oscillant de l’analyse des mœurs familiales à l’exercice métaphysique, Bergman a su maîtriser les genres aussi différents soient-ils. C’est donc avec une joie certaine que les aficionados tout comme les curieux pourront apprécier, entre autres, Persona (1966) véritable énigme psychique drapée de noir et blanc, ou encore Skammen (1968) récit des heures sombres d’un couple de musiciens en pleine guerre. Au programme également, le documentaire de Jane Magnusson, Bergman, une année dans une vie qui retrace l’immense productivité de celui qui a, excusez du peu, remporté un Ours d’Or, un Lion d’Or, deux prix à Cannes et trois Oscars. Chapeau bas.

Rétrospective Ingmar Bergman
Aux cinémas du Grütli jusqu’au 18 décembre 

 

La série du mois : Hippocrate
Décidemment Canal+ a le don pour nous gratifier de créations originales de qualité. Après Versailles, Baron Noir ou encore Le Bureau des Légendes, la chaîne semi-cryptée diffuse actuellement son nouveau bébé tout juste sorti de la maternité : Hippocrate. Librement adaptée du long métrage éponyme de 2014, la série est également réalisée par le même géniteur, Thomas Lilti. Celui-ci exerce le métier de médecin généraliste en parallèle de ses activités ciné ; guère étonnant, donc, de constater qu’Hippocrate est une fiction infiniment réaliste sur le quotidien du milieu hospitalier. Suite à des mesures sanitaires, les médecins titulaires du service interne se retrouvent confinés chez eux. Trois internes inexpérimentés (Louise Bourgoin, Alice Belaïdi, Zacharie Chasseriaud) et un médecin légiste (Karim Leklou) se retrouvent à devoir gérer la délicate situation.

La justesse d’interprétation de l’entièreté du casting couplée à une mise en scène efficace font de cet objet télévisuel une vraie réussite. Pour une fois que l’hôpital ne se fout pas de la charité.

Hippocrate de Thomas Lilti
Actuellement sur Canal+