Go Out Magazine Menu

Publié par le 11.10.2018

Ainsi font-elles toutes, ou l’École des amants. Où Mozart et da Ponte ont-ils été puiser un titre aussi débordant de justesse et d’à-propos ? Le dernier volet de la célèbre trilogie collaborative du librettiste et du compositeur s’inspire d’un fait réel plutôt cocasse, lors duquel deux officiers échangèrent leurs épouses. Aussi virtuoses qu’hilarants, les airs ponctuant ce chef-d’œuvre de l’opéra-bouffe se résument en une morale qui serait aujourd’hui pourfendue à coups de hashtags. Così reproduit les hauts et les bas du jeu de l’amour, résonnant en écho aux dilemmes relationnels d’aujourd’hui qui ont, somme toute, peu évolué. À partir du 28 octobre, l’Opéra de Lausanne nous livrera son interprétation de ce célébrissime imbroglio sous la baguette de Joshua Weilerstein, directeur artistique de l’Orchestre de Chambre de Lausanne, phalange également de la partie. La mise en scène sera assurée par Jean Liermier, directeur du Théâtre de Carouge, ayant déjà mis en scène My Fair Lady à Lausanne en 2015. Notons enfin les débuts d’une genevoise d’adoption dans l’un des rôles principaux : Stéphanie Guérin, mezzo-soprano, étudiante en master soliste à la Haute école de musique de Genève, qui interprétera Dorabella. C’est à Fiordiligi, assurée par la soprano moldave Valentina Nafornita, qu’elle donnera la réplique dans l’aérien trio qu’on ne présente plus : Soave sia il vento.

 

Du 28 octobre au 7 novembre
Opéra de Lausanne
12, avenue du Théâtre 12 – 1002 Lausanne
www.opera-lausanne.ch