Go Out Magazine Menu

Publié par le 22.05.2018

Successeur de Brice Pauset à la tête de la direction artistique de l’Ensemble Contrechamps, Serge Vuille aligne un parcours sonore aussi dopé qu’un condensé de jus de gingembre. Percussionniste diplômé avec distinction du Royal College of Music de Londres et du conservatoire neuchâtelois, il a officié au sein du London Sinfonietta, de l’Ensemble Ictus, de l’Orchestre symphonique de la BBC, pour ne citer qu’eux. Ses partitions fruits d’un défrichage à la machette sont jouées en Suisse, en Angleterre, en Allemagne et au Brésil et ses performances intègrent tant la musique théâtrale, le punk (avec le groupe Martin Creed Band au sein duquel il officie comme batteur) que la musique expérimentale. Titulaire du 3ème prix au Concours Nicati en 2011, il fonde trois ans auparavant We Spoke : New Music Company, collectif suisse (premier à avoir effectué une résidence au de l’Académie Internationale de Darmstdat) avec lequel il s’attèle à repousser les frontières de la musique contemporaine pour mieux en explorer la complexité et piquer de nouvelles sensibilités. Réfractaire à l’élitisme qui entache un registre souvent mal compris, il aspire à ériger l’audace, l’ouverture et l’éclectisme au rang de points cardinaux de sa ligne curatoriale. Morceaux choisis.

Serge Vuille (c)Christopher Leigh, article sons sans cloisons par mabrouk idn pour go out! magazine mai 2018

Serge Vuille (c) Christopher Leigh

On vous sait actif à lausanne auprès de We Spoke et à Londres au sein du Kammer Klang, quel cheminement vous a amené à prendre la tête d’Ensemble Contrechamps ?

De la même façon que j’ai été amené à passer une audition au Royal College of Music, sur les conseils d’Antoine Françoise, un ami pianiste qui m’a averti qu’Ensemble Contrechamps recherchait un nouveau directeur artistique et qui m’a enjoint d’y pointer comme il l’a fait la première fois, m’y étant déjà produit dans le cadre de performances. J’ai immédiatement postulé pour, à ma grande joie, me voir aujourd’hui des leurs.

Un des apports majeurs de votre prédécesseur demeure la série Breaking News, à savoir des concerts en fonction de l’actualité. Cette formule continuera-t-elle d’exister ?

La saison 2018-2019 étant déjà bouclée par Brice Pauset, les concerts hors-saison dont fait partie Breaking News constituent le sas idéal pour lier mes activités précédentes (au sein du Kammer Klang et de Be Spoke) avec celles de Contrechamps et commencer à mettre en place de nouveaux formats de concerts plus favorables aux compositions et plus ouverts au public. Il s’agira donc de décloisonner la musique contemporaine en cassant par exemple le classique rituel du concert, que nous connaissons tous, pour aller vers des dispositifs qui incluront d’autres disciplines artistiques et qui iront piquer d’autres sensibilités. Pour cela, les concerts hors séries sont l’idéal.

De nouvelles collaborations incluant des artistes donc… A qui songez-vous ?

Et d’autres institutions aussi… A ce stade, je ne peux pas vous donner de noms, toutefois je peux évoquer la curatrice de Kammer Klang, des artistes plasticiens telles que Maud Constantin et Tatiana Rihs qui chapeautaient la Fondation Ford il y a quelques années et avec lesquelles j’ai eu la chance de collaborer dans le cadre de Be Spoke au Bourg. Pour revenir à ces collaborations, hormis l’idée de compiler diverses disciplines, l’idée visera surtout à décloisonner la musique contemporaine en créant de nouveaux contextes plus propices à leur réception. Le concert étant en soit est une performance à part entière, elle doit selon moi aller de pair avec la pièce musicale et la valoriser. Une diversité dans ce sens est nécessaire tout comme elle l’est dans la programmation musicale en allant chercher des points de convergence avec d’autres styles, à l’image de la musique électronique et la noise. On peut parfaitement imaginer les œuvres de Brian Ferneyhough, par exemple, combinées avec un répertoire expérimental et underground plus complexe: deux approches artistiques qui peuvent se révéler extrêmement proches pour, au final, déboucher sur deux formes de résultats différentes.

Ensemble Contrechamps
Rue de la Coulouvrenière, 8 – 1204 Genève
022 329 24 00