Go Out Magazine Menu

Publié par le 06.05.2018

Fort du succès de sa première édition, le Festival Théâtre aux jardins réitère l’expérience et continue d’insuffler au parc du Rosey une atmosphère tout droit tirée d’un tableau d’August Macke. Un tableau expressionniste qui sera, du 4 au 9 juin, totalement dédié à l’expression scénique avec, à la clé, une fine sélection directement issues des coups de cœur de Pascale Méla, la fougueuse instigatrice de l’événement. Si l’ambiance se voudra le reflet de sa joviale élégance, la programmation continuera quant à elle de puiser dans le répertoire classique pour faire écho au rang alors occupé par les femmes. Qu’elles soient aux prises d’un amour impossible, captive du point d’honneur, instrument d’intrigue ou l’enjeu d’un droit de cuissage sur fond de lutte des classes, cinq pièces revisitant Marivaux, Molière, Beaumarchais, Victor Hugo et Henrick Ibsen aborderont la thématique en compagnie de metteurs en scène découverts ou redécouverts lors de la dernière édition du Festival d’Avignon. Pour couronner le tout, la venue du comédien français Francis Huster ouvrira le bal avec un récit d’une l’expérience d’une vie passée sur les planches.

Jardin du rosey, (c)rosey concert hall, article par Mabrouk idn pour go out magazine mai 2018

(c)Rosey Concert Hall

Déployant la densité d’une programmation regroupant les grands classiques de la littérature à la légèreté toute bucolique du parc du Rosey, une année aura suffi au Festival du Théâtre au Jardin pour faire éclore son nom dans l’esprit d’un public n’ayant pas hésité pas à faire le déplacement depuis Genève et Lausanne. Avec une première édition alignant le célèbre Portrait de Dorian Gray mis en scène par Thomas Le Douarec, la fiévreuse et passionnée correspondance épistolaire entre Victor Hugo et Juliette Drouet arrangée par Jacques Décombe et l’adaptation théâtrale des mémoires d’Alma Mahler par Marc Delaruelle, sa genèse fait écho à la passion que voue Pascale Méla – la fondatrice de l’événement et l’instigatrice du festival Autour de Madame de Staël – à l’art scénique : « Je marche au coup de cœur. Pour cela Il faut que la pièce me plaise autant qu’elle soit susceptible de parler au grand public et de s’intégrer au programme d’étude des élèves du Rosey ». Pour cela, elle mise autant sur les metteurs en scène émergents que les troupes capables de revisiter les classiques du théâtre pour en faire ressortir de nouvelles facette et donc contribuer à leur intemporalité.

« Une maison de poupée » (c)Philipe Person

Dans cette perspective, du 4 au 9 juin, c’est plus de quatre pièces que verra fleurir le jardin du Rosey avec, comme coup de cœur, Une maison de poupée, qui sera jouée le mercredi 6 juin. Adaptée par Philippe Person à partir du chef d’œuvre d’Henrik Ibsen, elle met en exergue les contradictions d’une société patriarcale dont l’héroïne, Nora, fera les frais. Contrainte de discrètement emprunter pour assurer les soins de son époux malade, Nora verra son créancier se muer en maître chanteur menaçant de ruiner son couple et son statut de femme honorable. L’époux, pourtant rétabli grâce aux efforts de sa femme, apprendra le forfait et s’en horrifiera au point d’exiger le divorce pour préserver sa dignité. Terrassée, Nora réalise l’absurdité de la situation et s’achemine de fait vers une prise de conscience existentielle au doux parfum de liberté. Censurée dès sa sortie en 1879, l’œuvre a fait l’objet d’une dizaine d’adaptations cinématographiques, parmi lesquelles on retrouve celle de Joseph Losey en 1973 avec Jane Fonda dans le rôle principal. Dans cette lancée, Le Mariage de Figaro soufflera un air de révolution tandis que Le Misanthrope de Molière poussera certainement le cénacle à jeter un regard plus critique sur l’entourage digital qu’il cultive à travers les réseaux sociaux. Les préjugés voulant que les grands classiques soient le reflet d’une époque révolue, Le jeu de l’amour et du Hasard de Marivaux conjuguera les usages de l’Ancien Régime et l’esthétique rockabilly propre aux années 60.

Festival de Théâtre aux jardins du Rosey
Du 4 au 9 juin
Château du Rosey – 1180 Rolle
021 822 55 00

Château du Rosey | Chemin des Quatre Communes