Go Out Magazine Menu

Publié par le 14.12.2017

Avez-vous déjà pris le temps de vous arrêter devant le Victoria Hall, le théâtre Pitoëff ou encore le Musée d’Art et d’Histoire et de contempler ces bâtiments ? Vous êtes-vous déjà promené le long du boulevard des Tranchées et des Philosophes en appréciant la beauté des portes d’entrées ou les balcons forgés ? A quoi cela sert-il, me direz-vous, à part observer les vestiges d’une époque passée bien trop fantaisiste ? Entre deux nausées esquissées rue Dancet, dans une époque où l’architecte se voit réduite à l’ultra-fonctionnalisme dicté par la raison du profits des promoteur immobilier, Björn Arvidsson nous convie, via son ouvrage, à une réflexion à contre-courant des structures sans âme que la ville voit proliférer. Une redécouverte illustrée par les textes de l’historienne de l’art Fabienne Fravalo, qui sublime la diversité architecturale de la Belle époque (1890-1920) à Genève.

Certains livres ont le pouvoir de nous faire voyager et nous donnent envie de découvrir des terres lointaines, c’est étrangement ce que l’on ressent à la lecture de La belle époque de l’ornement, Genève 1890-1920. Björn Ardvisson nous permet dans son beau livre de nous replonger au cœur d’une époque marquée par un foisonnement et une richesse inégalés dans l’architecture à Genève. Et cela donne envie de se promener à la découverte de ces témoins d’une époque glorieuse et révolue.

Villa du Jeu de l’Arc, construite en 1900, selon les plans de Lucien Monfort, aujourd’hui menacée de destruction 

Björn Arvidsson, graphiste et designer HES, a débuté cet immense travail de recensement au début des années 2000 par le relevé de tous les carrelages peints qui représentent une vraie source d’inspiration pour son travail. Il a pour cela utilisé la technique du dessin vectoriel permettant ainsi un rendu bien plus précis qu’une photo. Björn Arvidsson a ensuite élargi son champ d’étude aux façades Belle époque et aux différents éléments ornementaux comme les décors peints, les portes ouvragées ou encore les éléments de ferronnerie. Ce sont en tout 665 illustrations qui ont été réalisées ici et qui constituent une base de données inestimable sur l’architecture de cette période.

Les textes de Fabienne Fravalo, historienne de l’Art, nous éclairent sur cette époque très riche mais largement méconnue tant par le grand public que par les professionnels du secteur. Cette période qui gagnera par la suite le nom de Belle époque débute vers 1890 alors que Paris est le centre artistique et architectural mondial, disciplines dispensées à la prestigieuse Ecole des beaux-arts. C’est à cette époque que naissent les cabinets privés d’architectes et que survient l’émergence de l’architecte-artiste. C’est ainsi que, durant une décennie, le style « Beaux-Arts » se retrouvera partout avec une débauche d’éléments classiques et de façades richement ornées.

Le début du XXème siècle verra parallèlement l’adoption d’un style plus naturaliste et végétal, l’Art nouveau mais également la recherche d’un style architectural proprement suisse en réaction à cette profusion du style « Beaux-Arts » vue par certains comme un apport étranger. C’est ainsi que naît le Heimatstil, style rassemblant des éléments perçus comme typiquement suisses telle l’utilisation du bois et de tout autre élément évoquant le chalet et le monde montagnard, dont la salle communale de Plainpalais et la mairie des Eaux-Vives sont les témoignages emblématiques.

Björn Arvidsson, par sa démarche, souhaite reconnecter le style de la Belle époque, ses ornementations et son vocabulaire avec notre quotidien et nos références. Étrangement, cette période considérée comme peu noble au regard des historiens de l’Art et des architectes a graduellement été oubliée au point que nous ne connaissions plus ce langage stylistique qui a tellement à raconter.L’auteur cherche également par ce livre à mettre à l’honneur un style mal-aimé qu’on n’hésite pas à sacrifier au profit de la densification du territoire, à l’image de la démolition programmée de Maison du Jeu de l’Arc au 43F route de Chêne. Le Patrimoine bâti genevois a du souci à se faire…

Architecture, heimatstil, la mairie des Eaux-Vives à Genève

Emblématique de l’architecture, heimatstil: la mairie des Eaux-Vives à Genève

La Belle époque de l’ornement, Genève 1890-1920 De Björn Arvidsson, textes de Fabienne Fravalo

La Belle époque de l’ornement, Genève 1890-1920 – De Björn Arvidsson, textes de Fabienne Fravalo

De Björn Arvidsson, textes de Fabienne Fravalo
2015, Editions In Folio, 407 pages
www.infolio.ch