Go Out Magazine Menu

Publié par le 08.05.2018

Armé d’un appareil photo avec le naturel d’une ventouse vissée aux tentacules d’un poulpe, Samuel Zeller aligne les clichés aussi spontanément qu’il cligne des yeux. Une vocation qui s’est imposée comme un exutoire, il y a six ans en arrière, lorsque ce jeune designer diplômé de l’école de graphisme des Arts Appliqués traînait sa besogne avec un enthousiasme sisyphiens. Architecture, portraits, paysage et nature, rien n’échappe à l’objectif de son appareil. Réfractaires aux studios et à la direction artistique, ses prises sont primesautières et leur rendu aussi épuré que millimétré. Conjuguant la monomanie à l’hyperactivité, l’oeil s’est aiguisé à mesure que son index martèle le déclencheur. Son univers visuel prend forme et débouche en mai 2016 sur sa première exposition à la galerie Next Door avec des oeuvres dévoilant une vision colorée, épurée et géométrique de l’urbanisme. Célébrant aujourd’hui son premier recueil « Botanical » chez Hoxton Mini Press, il prend à contrepied cette démarche, plonge dans la matière organique et dévoile une série de clichés chlorophylles jouant sur la forme et la matière, brouillant les lignes entre la photographie et l’aquarelle.

Portrait du photographe Samuel Zeller à Genève publié dans l'article de Go Out Magazine

J’avais proposé de créer le compte Instagram du Jardin Botanique et de l’alimenter gratuitement, j’ai obetenu une fin de non-recevoir », deux ans, vingt-cinq villes et le quadruple de clichés plus tard, Samuel Zeller inaugure son recueil photographique « Botanical », une immersion dans l’atmosphère figée des jardins nichés sous serres. De nature à susciter l’émerveillement des visiteurs, les plantes dévoilées à travers ses clichés évoquent une curieuse mélancolie, mélange de légèreté bucolique et d’oppression carcérale. Une atmosphère judicieusement maintenue par les vitres translucides et embuées sur lesquelles feuilles, tiges et branches viennent s’échouer.

Image

(c) Samuel Zeller édité par Hoxton Mini Press

Jouant sur la distorsion créée à travers les parois et sur ce mariage des matières, le rendu réinterprète l’impressionnisme de Renoir ou de Manet. Des tableaux que le jeune photographe suisse dépeint comme autant de reliques tirées des séjours passés dans la ferme de sa grand-mère, où chaque journée était noyée dans l’observation des plantes. Un souvenir restitué au prix d’un édifiant périple l’amenant de Paris à Prague en passant par Edimbourg et Bruxelles, mais aussi d’une passion sans borne pour la photographie. Une passion qui le poussera à délaisser sa profession de designer afin de s’y jeter à pupilles perdues.

cliché extrait de l'ouvrage Botanical (c) Samuel Zeller édité par Hoxton Mini Press

Extrait de l’ouvrage Botanical (c) Samuel Zeller édité par Hoxton Mini Press

Débutant en 2012 comme stagiaire chez les Studios Casagrande, il s’oriente dans la photographie éditoriale avec laquelle il devient ambassadeur de Fujifilm puis fondateur du magazine participatif Fujifeed, qui recense les clichés pris au moyen des appareils de la marque. Très vite remarqué, il enchaîne parallèlement les mandats pour, au final, se voir collaborer avec le célèbre magazine Monocle.

cliché extrait de l'ouvrage Botanical (c) Samuel Zeller édité par Hoxton Mini Press

Botanical (c) Samuel Zeller édité par Hoxton Mini Press

cliché extrait de l'ouvrage Botanical (c) Samuel Zeller édité par Hoxton Mini Press

Botanical (c) Samuel Zeller édité par Hoxton Mini Press

cliché extrait de l'ouvrage Botanical (c) Samuel Zeller édité par Hoxton Mini Press

Botanical (c) Samuel Zeller édité par Hoxton Mini Press

cliché extrait de l'ouvrage Botanical (c) Samuel Zeller édité par Hoxton Mini Press

Botanical (c) Samuel Zeller édité par Hoxton Mini Press

 Botanical (c) Samuel Zeller édité par Hoxton Mini Press

Botanical (c) Samuel Zeller édité par Hoxton Mini Press

Botanical Edition Hoxton
Exposition du 11 au 16 mai
Vernissage le 11 mai à 18h
Librairie de l’Île
Place de l’Ile 1
1204 Genève
www.samuelzeller.ch

Libraire de l'Ile | Place de l'Ile 1