Go Out Magazine Menu

Publié par le 07.11.2018

Contrechamps, c’est depuis 1977 un des pôles de la musique contemporaine à Genève. Et si sa réputation n’est plus à faire, le lien entre public et musique, voire musiciens, nécessite un constant rafraîchissement, c’est dans l’ordre des choses et ce que votre serviteur se propose de faire immédiatement.
Par Vincent Magnenat

La mission que l’Ensemble Contrechamps s’est donnée est de favoriser la composition contemporaine et la création actuelle. Ouste les répertoires jugés trop anciens ! Place à la fraîcheur bourgeonnante des compositeurs de ce jour. Pour rentrer dans le vif du sujet, ce que défend l’Ensemble c’est une approche qui ne laisse que peu de place à la facilité, ou perçue comme telle par des musiciens et mélomanes avertis. Et justement, ce qui est ressenti par ces intellectuels de l’émotion, cette douceur dérangeante, c’est de le proposer à un public plus large.

 

Histoire vivante
Ce qui avait commencé comme une rébellion farouche et totale d’un ordre musical établi tout aussi réactionnaire a accouché aujourd’hui d’une sorte de pré-adolescent qui nécessite encore un guidage certain. Ce vieux gamin, c’est bien sûr la rencontre entre la musique et son public, et non seulement la première. Donc pour ceux qui s’apprêtent à tourner cette page, c’est à vous en particulier que s’adressent ces lignes. Nous sommes présents ici pour encourager un public, des publics, à se mettre en danger, en situation d’inconfort musical.

 

Risque et alchimie
Du masochisme ? Non, car ce serait être sûr. Or là, rien ne l’est moins. À tout le moins, on est sûrs d’être interrogés, opposés, intéressés, charmés pourquoi pas ?! La musique contemporaine se veut être à la musique ce que la Formule 1 est à l’industrie automobile : une expérimentation futuriste de haut vol. Signe de cette ouverture, la présence désormais d’une médiatrice lors des concerts de Contrechamps, Joëlle Mauris. Briser les frontières, le mur qui sépare censément l’averti du néophyte. On parle en sus de cette médiation d’activités destinées tant aux adultes qu’aux enfants, de rencontres, visites guidées, ateliers et de conférences.

 

La Barre
La direction artistique vient par ailleurs de prendre un coup de frais digne d’un sirocco avec l’arrivée de Serge Vuille, qui remplace Brice Pauset. Ce dernier, pianiste et claveciniste, compositeur et passionné de facture instrumentale était à la tête de l’Ensemble depuis 2012. Il enseigne depuis 2008 avec un accent sur les liens politiques, philosophique et économiques avec la musique elle-même. La musique reste un acte par définition profondément politique puisqu’elle rapproche et divise forcément un auditoire donné. Son successeur, Serge Vuille, est percussionniste et compositeur. Désireux d’ouverture avec la série Kammer Klang et l’ensemble We Spoke, il s’engage pour la musique instrumentale contemporaine et expérimentale.


@Serge Vuille

Laboratoire

Pour l’immédiat, et à côté de l’activité dite “d’abonnement”, l’Ensemble propose le Laboratoire Contrechamps qui se constitue d’une semaine de recherche, échanges et d’incubations pour des projets collaboratifs. Soucieux d’englober plus que le seul son, l’Association pour la Danse Contemporaine se joint à l’aventure, incluant des performances dans la vision artistique. L’idée est d’aboutir éventuellement à un concert, mais c’est sans engagement, car doit primer ici la recherche, une sorte d’obligation de moyens, et non de résultats.

 

La session est ouverte au public, les résultats partagés libres de droits. À nouveau, il est question de rapprocher, de montrer les entrailles des processus, les faire voir et leur faire prendre un peu plus d’air si on le veut bien. Pour le dire encore autrement, ce sont des portes ouvertes, un peu comme une visite d’une chocolaterie dans le canton de Fribourg, mais plus musicale.

 

Laboratoire Contrechamps
En collaboration avec l’ADC
Du 5 au 10 novembre de 17h à 18h
L’Impasse
57bis, rue de Carouge – 1205 Genève
www.contrechamps.ch