Go Out Magazine Menu

Publié par le 06.03.2018

Catch impro, la compagnie lesarts, 2017, nouvel eldorado du rire, comédie, improvisation

Catch Impro 2017 (c)Compagnie LesArts

On crie, on rit,on pleure (de rire) : les spectacles d’impro conquièrent un large public. En famille, entre amis ou tout seul, il est possible d’aller s’émerveiller devant la verve et le talent des comédiens improvisateurs. Et à la Compagnie LesArts, le public n’est pas en reste ! « Fight Club », «les contes spontanés », les championnats ou encore les «apartés» sont des déclinaisons de spectacles d’improvisation que promet chaque année la troupe. Née il y a une quinzaine d’année, elle propose le mondial d’improvisation en mars prochain. Comédiens du Québec, de France de Belgique et de Suisse se retrouvent pour des batailles théâtrales époustouflantes. L’occasion de rencontrer le directeur de la compagnie, Tony Romaniello.

Catch impro, la compagnie lesarts, 2017, nouvel eldorado du rire, comédie, improvisation, petite finale, Belgique-Suisse

Catch Impro (c)Compagnie LesArts

Comment est née la compagnie ?
Tony Romaniello: C’est tout d’abord l’histoire de trois copains qui faisaient de l’impro dans une maison de quartier. De fil en aiguille, nous avons voulu organiser plus rigoureusement les spectacles que nous faisions. Ainsi est née la Compagnie Lesarts. Depuis une quinzaine d’années, nous créons des spectacles d’improvisation et de théâtre et nous donnons aussi des cours. Nous avons aussi créé une structure qui organise des spectacles pour les entreprises.

Est-ce facile pour les comédiens d’improvisation de trouver leur public ?
T.R.: Avant les années 2000, il fallait expliquer ce qu’était l’improvisation aux gens. Aujourd’hui tout le monde connaît. C’est un peu comme le hip-hop, la discipline se faisait dans la rue, puis il a été possible de se produire sur scène. L’improvisation se popularise, ce qui est une bonne chose.

Qu’est-ce que l’impro apporte par rapport au théâtre « classique » ?
T.R.: Nous faisons les deux. L’improvisation, c’est aussi de la comédie. La différence se voit surtout avec le rapport au public. Il y a des interactions, des échanges vifs durant les shows. C’est ce qui plaît aux spectateurs mais le côté inclusif déplaît aussi. Certaines personnes pré- fèrent la forme plus traditionnelle du théâtre. Le contenu d’un spectacle d’impro est toujours différent, alors que lorsqu’un spectateur va voir une pièce classique, il sait quelle histoire sera jouée. A la Compagnie Lesarts, notre but est de donner le sourire aux gens. L’improvisation se base surtout sur des valeurs de vie : pour offrir une belle performance, il faut écouter l’autre, l’accepter et partager la scène.

Quels sont les préjugés auxquels les improvisateurs sont confrontés ?
T.R.: Les « matchs d’impro » produisent une énergie folle, avec beaucoup de rires. Mais ce n’est pas seulement des blagues, contrairement à ce que l’on croit. Les spectacles d’improvisation peuvent prendre des formes créatives, avec des thèmes spécifiques, un fil rouge qui mène les comédiens à improviser autour. Cela demande beaucoup d’expérience.

Quels sont les projets de la compagnie pour 2018 ?
T.R.: Tout d’abord, ce sera la quinzième édition du mondial d’improvisation, le Catch impro ! C’est un mondial professionnel, durant cinq soirs les équipes du Québec, de Belgique, de Suisse et de France s’affrontent. Jeudi de l’Ascension, nous organisons pour la deuxième fois la journée de l’improvisation, au centre Marignac. Le but est de rassembler tous les improvisateurs de Genève qui sont intéressés, amateurs, professionnel et le public qui souhaite se mêler aux spectacles pour une journée. Les équipes d’improvisation sont nombreuses à Genève, c’est donc l’occasion de tous jouer sous le même toit.

Aujourd’hui directeur de la compagnie, quel est votre parcours artistique ?
T.R.: J’ai commencé il y a 25 ans, comme amateur. Je suis autodidacte, je me suis formé en dramaturgie et en performance du texte ainsi qu’à la mise en scène. J’ai aussi co-fondé le Festival du rire de Genève. J’ai toujours plein de projets en tête concernant l’improvisation. J’espère pouvoir mettre en place une scène qui permettrait aux jeunes talents de lancer leur carrière, de se faire découvrir par le public !

Catch impro 2018
Du 14 au 18 mars à 20h
Casino-Théâtre
Rue de Carouge, 42
1205 Genève

Les Arts | Rue de Carouge, 42