Go Out Magazine Menu

Publié par le 06.12.2017

Par Quentin Arnoux

Si le propos liminaire d’une œuvre est sa capacité à susciter chez le spectateur quelque réaction que ce soit, les sculptures de François Ruegg exposées au Musée Ariana jusqu’au 4 mars prochain y adhèrent assurément. Une réflexion toute de porcelaine vêtue sur le présent, l’homme, la société et sa jumelle celle de consommation mais également sur un futur empli de questionnements se matérialise. Loin d’endosser le rôle de moralisateur, François Ruegg observe, propose et laisse libre le champ des possibles et de l’interprétation. Preuve en est, ses œuvres juchées sur divers piédestaux s’articulent autour d’un habile jeu de voilage qui interroge le lien entre les formes suggérées et le sens qu’on leur prête.

Statuts l Statues – Musée Ariana

 

Impressions et expressions

Quand la porcelaine se substitue au marbre normalement dévolu à la production sculpturale, l’éventail des possibilités se démultiplie. Cette noble matière permet d’explorer «les zones d’ombres et de lumière de la conscience», comme joliment décrit dans le catalogue de l’exposition. L’esprit du spectateur est impliqué afin de confronter ce qu’il s’attend à voir à la forme présentée, quitte à en être frustré. Bien distinct et imperceptible à la fois, le sens n’est jamais vraiment tangible et le support devient le lieu d’une «projection imaginaire». La sinuosité de la ligne composant les voiles qui dérobent à nos yeux les formes exactes, donne vie à ces objets qui semblent, dès lors, vivre dans leur propre écosystème.

Statuts l Statues – Musée Ariana

Piédestal et Conformisme

Andy Warhol alléguait que «chacun a le droit à son quart d’heure de gloire». Le plasticien suisse reprend ce concept et interroge quel objet peut trouver sa place sur un piédestal ou non au XXIème siècle, tout en précisant que le socle n’est pas l’égal du piédestal. Une nuance d’apparence infime qui rend pourtant compte d’une réalité toute autre. Tandis que le socle tend à être banalisé comme support, le piédestal définit l’image d’une «pseudo grandeur» que l’on interroge et interprète. Les sujets représentés sont choisis pour les codes qu’ils véhiculent au sein de la société. L’artiste se mue en un habile joueur qui extrait le sens pour le détourner au profit d’une nouvelle interprétation. Objets du quotidien adulés comme méprisés sont ruminés et rendus plus visibles tel un tube de rouge à lèvres, synonyme de beauté mais surtout de conformisme.

François Ruegg                                                                                                                                              Statuts | Statues                                                                                                                                          Jusqu’au 4 mars 2018  

Musée Ariana

10, Avenue de la Paix 

1202 Genève

022 418 54 50 Site internet