Go Out Magazine Menu

Publié par le 13.04.2018

Après avoir sensibilisé le public à la problématique entourant la disparition des abeilles, l’association les Berges de Vessy, dont l’éponyme site d’installation appartient aux SIG, vise désormais et jusqu’à fin octobre à faire prendre conscience de certains enjeux relatifs aux migrations humaines et aux situations d’urgence qui en découlent. Déployée en un triptyque d’expositions complémentaires, Urgence humanitaire, se déplacer et vivre évoque tant les difficultés logistiques que les souffrances humaines, rapprochées de nos réalités qui en sont pourtant si distantes via des scénographies intelligentes, adaptées à ces thématiques délicates.

(c)Rafaela Aly, expo/art, article exil exhibé, par nyata nathalie riad

« Urgences humanitaires, se déplacer et vivre » (c)Rafaela Aly

A la base de la pyramide des besoins élaborées par Maslow se situe la nécessité d’être abrité, au même titre que manger par exemple. L’exil, qui se définit en premier lieu par la destruction ou l’obligation de quitter son habitat, pose évidemment la question des défis liés à l’hébergement des populations qui y sont contraintes. Par le biais de son programme de recherche, la Fondation Braillard Architectes invite, avec le volet Architectures d’urgence, à mieux comprendre quatre aspects ayant trait à la problématique du logement. En guise d’introduction, un corridor à ciel ouvert déroule sur ses façades des images d’archive qui reviennent sur des déplacements majeurs de réfugiés et les causes qui les ont initiés. L’immersion se poursuit avec des images issues d’une recherche effectuée par la Cité de l’architecture et du patrimoine et présentées sur des bâches et du bois, matériaux typiques dans la réalisation d’abris improvisés, révélant les dures conditions d’accueil dans divers camps à travers le monde. Un film portant sur la gestion de la crise migratoire en zone urbaine, réalisé par l’Hepia sur la base de recherches menées par l’institution est également à découvrir, tout comme les relevés de terrain issus de la « jungle » de Calais peu avant son démantèlement.

Urgences humanitaires, se déplacer et vivre, photo par cyril groue, exil exhibé, article par nyata nathalie riad, go out magazine avril 2018

« Urgences humanitaires, se déplacer et vivre » (c)Cyril Groue

A l’étage supérieur, Destination Croix-Rouge, une exposition itinérante préalablement passée par le Musée Suisse des Transports de Lucerne, convie le visiteur à un aperçu des activités de la Croix-Rouge suisse à l’étranger, notamment en termes de prévention et de gestion des catastrophes naturelles, d’autant que celles-ci influent le plus fortement les populations déjà pauvres. Sur un mode ludique, l’exposition permet de sélectionner par des bornes interactives une destination parmi six pays où la Croix-Rouge suisse travaille: Ethiopie, Ghana, Haïti, Honduras, Népal ou Philippines. Se déclenche alors un itinéraire qui dévoile les particularités de chaque pays en matière de mobilité, communication ou culture, dont la prise en compte est indispensable dans le cadre du travail humanitaire. Une machine à voyager dans le temps, avec Henry Dunant à l’animation, transporte aussi le visiteur, mais cette fois à travers les siècles et les moments déterminants qui ont marqué et risquent de marquer le monde.

Enfin, la série de photographies de Vanna Karamaounas intitulée Exo Mattresses se penche sur la question de l’exode – qu’elle envisage comme une « force oubliée propre à l’Homme pour construire ou se reconstruire » – par l’entremise d’un objet singulier : le matelas. Synonyme, un temps du moins, d’un passé stable, les matelas ou ce qu’il en reste, photographiés sans les personnes auxquels ils appartiennent ou ont appartenu, sont ici cependant les témoins bouleversants d’autant de peur et de lassitude, de périples usants mais aussi de courage et de rêves qui poussent les humains sur les routes de l’exil.

Urgence humanitaire, se déplacer et vivre
Jusqu’au 31 octobre 2018
49, route de Vessy – 1234 Vessy

Les Berges de Vessy | Route de Vessy, 49