Go Out Magazine Menu

Publié par le 18.09.2018

Par FRANÇOIS GRAZ

DOGMAN

Dans la lignée de son oeuvre référence Gomorra, qui dépeignait de façon ultra réaliste la vie de six membres de la mafia napolitaine, Matteo Garrone nous gratifie du très sombre Dogman, ou l’histoire de la descente aux enfers d’un toiletteur pour chiens, dont les mauvaises fréquentations auront raison de ses propres valeurs. Ayant raflé le prix d’interprétation masculine au Festival de Cannes en mai dernier, Marcello Fonte confirme l’obtention de cette distinction avec une performance remarquée. Difficile de ne pas s’émouvoir devant l’injustice dont est victime Marcello, personnage profondément humaniste, qui va malgré lui basculer dans l’illégalité au contact de son proche sorti de prison, le caïd Simoncino (Edoardo Pesce). La candeur du frêle ami des canidés se heurte à l’impulsivité de la brute épaisse rongée par la cocaïne. Dogman fait office de satire résolument amère des travers de la société italienne, et tout comme Gomorra sorti dix ans plus tôt, le constat est toujours aussi accablant. Un drame froid et maîtrisé.
Dogman
De Matteo Garrone
Sortie le 26 septembre

 

CLIMAX
Une claque. La nouvelle oeuvre du réalisateur italo-argentin Gaspar Noé nous assène un violent coup sur la tempe aussi bien au sens propre que figuré. C’est un fait, on ne ressort pas indemne du visionnage de Climax, expérience de cinéma à part entière. Le film met en scène une troupe de danseurs qui décident de passer une dernière soirée dans un local de répétition avant de s’envoler pour les Etats-Unis. Alors que la fête bat son plein, les protagonistes comprennent tardivement que la sangria s’avère être bien plus chargée que prévu. Entre séquences de danse oniriques, plans vertigineux d’orgie psychédélique, violence tout aussi exaltée que désaxée, le cinquième long-métrage de Noé fait office de trip sous psychotropes, euphorisant dans sa première partie puis dérangeant lorsque que le huis-clos bascule aux confins de l’horreur. Toute ces émotions se conjuguent parfaitement avec la bande son de Climax, bijou auditif qui réunit notamment Cerrone, Aphex Twin, Georgio Moroder ou encore Thomas Bangalter. Le voyage était intense, si bien que la cote de popularité de la sangria en soirée risque de fortement baisser.
Climax
De Gaspar Noé
Sortie le 19 septembre

 

LA NUIT DU COURT MÉTRAGE
Si le dicton « plus c’est long plus c’est bon » est connu de tous, La Nuit du court métrage entend bien imposer son leitmotiv « plus c’est court plus c’est cool » le temps d’une soirée au Grütli. Le projet, à l’initiative du Festival international du court-métrage de Winterthur et en coopération avec l’association Base-Court, va effectuer sa seizième tournée des grandes cités suisses en commençant par celle de Calvin. Au programme : Les Swiss Shorts – la crème (double) des courts métrages helvétiques ; Comme des bêtes – qui révèle l’animal en nous ; La Belgitude des choses – florilège de courts métrages belges pour avoir la frite ; et enfin Life is Short – un programme pour clore la Nuit avec un happy end. L’occasion de s’en mettre plein les mirettes avec une sélection de ce qu’il se fait de mieux niveau petit format. Courte surprise : un film inédit, différent selon les régions, sera dévoilé quelques jours avant la nuitée de projection de chaque ville.
La Nuit du court métrage
Le 21 septembre aux Cinémas du Grütli
www.nuitducourt.ch/geneve-2018

 

LA SÉRIE DU MOIS :

THE DEUCE SAISON 2
La perle télévisuelle de David Simon, (The Wire, Treme…) dont la saison 1 avait été présentée au GIFF 2017, signe son grand retour dès septembre sur HBO. The Deuce, clin d’oeil au surnom de la 42ème rue de Manhattan, dépeint la vie de protagonistes new-yorkais qui ont contribué à l’ascension de l’industrie pornographique. Si la première saison se focalisait sur la genèse de ce mouvement au début des années 70, la saison à venir se déroule sept ans plus tard, lorsque le business du X atteint son apogée. Côté casting, on prend les mêmes et on recommence, avec Maggie Gyllenhall aka Candy, ex-prostituée reconvertie dans la production, ainsi que James Franco, qui incarne respectivement Vincent et Frankie Martino, les jumeaux de Time Square dont les relations avec la mafia locale deviennent complexes. Outre l’esthétique vintage et soignée de l’oeuvre, David Simon nous plonge comme rarement une série l’a fait dans l’ambiance post 80’ des rues malfamées de NYC ou les vices sont légion. On trépigne d’impatience de retrouver une des plus belles découvertes du petit écran en 2017.

The Deuce saison 2
De David Simon et Georges Pelecanos
Dès le 9 septembre sur HBO