Go Out Magazine Menu

Publié par le 08.11.2018

Par François Graz

Blaze
Certains artistes méconnus mais cependant talentueux ont fait office de source d’inspiration pour bon nombre d’autres artistes qui, eux, sont entrés dans la légende. C’est le cas de Blaze Foley. En quatorze ans de carrière, le natif de l’Arkansas a enregistré trois albums, qui ont fortement influencé Merle Haggard et Willie Nelson, pontes de la country US. Alcoolique notoire et empêtré dans des affaires plus que louches, Foley a perdu la vie à 39 ans, assassiné sur fond de détournement d’aide sociale. Pour son troisième passage derrière la caméra, Ethan Hawke dépeint la vie tumultueuse de ce génie et looser magnifique que fut Blaze Foley. Une biographie réaliste et maîtrisée, dans laquelle l’acteur principal, Ben Dickey, semble habité par son personnage. Saluons également les performances de Sam Rockwell (Three Billboards) et de Alia Shawkat (Green Room). Avec ce long-métrage Ethan Hawke met en lumière une figure oubliée de la country et prouve une fois de plus son aisance à la réalisation.

Blaze d’Ethan Hawke
Sortie le 7 novembre

Kursk
Pour son onzième long-métrage, Thomas Vinterberg adapte à l’écran la tragédie du 12 août 2000 : le naufrage du sous-marin russe K-141 Koursk en mer de Barents. Pour rappel, le submersible enregistre une explosion interne lors de manœuvres, il coule aussitôt à 90 mètres de profondeur puis subit une seconde explosion. Seuls 23 membres d’équipage sur 118 sont encore en vie à ce moment précis. La très lente réaction des autorités et le refus d’aide extérieure par le gouvernement condamnent les rescapés. La tension est omniprésente dans Kursk, le réalisateur danois alterne huis-clos dans un sous-marin meurtri et perte d’espoir progressive des familles face à la situation. L’œuvre est sublimée par la présence de Matthias Schoenaerts, Colin Firth, Léa Seydoux, Michael Nyqvist ou encore Max von Sydow. Thomas Vinterberg signe ici un drame percutant et réaliste.

Kursk de Thomas Vinterberg
Sortie le 7 novembre

Les Chatouilles
Suite au succès de la pièce de théâtre éponyme, Andréa Bescond et Eric Métayer adaptent l’œuvre en un long métrage réussi et immensément émouvant. Les Chatouilles, c’est le récit d’une vie bouleversée, d’une enfance volée, celle d’Odette, 8 ans et passionnée de danse. Tout bascule lorsqu’un ami proche de ses parents abuse d’elle. À présent adulte et danseuse confirmée, Odette brise le douloureux silence et tente de se reconstruire. La réalisatrice transpose ici sa propre histoire avec le personnage d’Odette. Tristesse, tendresse et colère sont les maîtres-mots de ce film chargé en émotions mais néanmoins salvateur. Outre Andréa Bescond, la justesse d’interprétation de l’entièreté de la distribution rend cette œuvre infiniment réaliste : Karine Viard, Clovis Cornillac, Carole Franck et Pierre Deladonschamps, pour ne citer qu’eux, excellent dans leurs rôles respectifs. Sans aucun doute l’un des plus beaux moments de cinéma de cette année.

Les Chatouilles, de et avec Andrea Bescond et Eric Métayer
Sortie le 14 novembre
Première Suisse le 4 novembre au GIFF

La série du mois : Escape at Dannemora
Dannemora, 6 juin 2015. Richard Matt et David Sweat, deux détenus de la prison de haute sécurité du comté de Clinton, parviennent à s’échapper. S’en suivra près de trois semaines de chasse à l’homme ; coût de l’opération : 23 millions de dollars. L’enquête révèlera que Tilly Mitchell, employée de la prison, à non seulement aidé les deux hommes dans leur fuite mais a également entretenu une longue relation passionnelle avec eux. C’est cette invraisemblable escapade que Brett Johnson et Michael Tolkin mettent en lumière avec leur série Escape at Dannemora. La fiction s’offre un casting d’exception : Benicio del Toro (Sicario), Paul Dano (Prisoners) et Patricia Arquette (Boyhood) en guise de têtes d’affiche, sans oublier la présence de Ben Stiller (oui oui, Ben Stiller!) à la réalisation. Aucune raison de prendre la poudre d’escampette à la vue de cette série a priori.

Escape at Dannemora, de Brett Johnson et Michael Tolkin
Dès le 18 novembre sur Showtime