Go Out Magazine Menu

Publié par le 06.03.2018

Complice naturel du festival Archipel, Contrechamps agite sa formation musicale le 22 mars comme une tempête de sable précédée par un sirocco dans un concert-clé de bras tendu aux phalangistes de la musique tonale. Répondant au nom de Hot Math, l’événement s’ouvrira par une impro jazz spasmodique qui rendra hommage à son auteur, le compositeur don Donatoni. Instable, agité et virevoltant, l’air frictionné par le saxophone honorera le nom de la pièce : Hot. Calorifère, la rigueur scientifique de Iannis Xenakis accourra tempérer les ardeurs du cénacle et faire vaciller les électroacousticiens. Compositeur, architecte et assistant du Corbusier, Xenakis demeure le premier européen à faire de l’ordinateur un support de composition. Tandis que Donatoni prônait l’écriture organique par le retrait total du compositeur (négativisme), Xenakis la malaxe avec une série de probabilités et de procédures mathématiques. Père de la musique stochastique, il lie le son à l’architecture et au visuel. En digne héritier, Alberto Posadas apposera sa cerise sonore sur l’édifice avec Fata Morgana, sa dernière création née de l’inspiration fractale et des forces physiques.

Iannis Xenakis dans son atelier à paris vers 1970, photo de Michele Daniel, événement hot math, contrechamps

Iannis Xenakis (c)Michele Daniel

Hot

Première pièce marquant l’ouverture du jubilé, Hot se présente comme la version déconstruite d’un jam d’impro jazz. Commandée par l’Association des Saxophonistes de France, Franco Donatoni s’est jeté dans l’écriture de la pièce avec l’idée de restituer ce genre musical après l’avoir laissé macérer de son imaginaire. Pour agrémenter la gymnastique, Donatoni y transpose sa spécialité, l’écriture automatique héritée de sa période négativiste. Convaincu que l’expressivité naît de l’écriture elle-même, Donatoni prône un retrait total du compositeur au profit d’une « biosphère » permettant à l’œuvre de se générer de façon organique et quasi-autonome. Dans le cas de Hot, la biosphère est fournie par le jazz édulcoré par l’imaginaire Donatonien, qui, comme il se plaisait à l’énoncer « L’invention c’est la capacité de voir une chose comme elle pourrait être autrement; non pas en rêve mais en étant capable de réaliser un second geste différent du précédent. »

Math

Combinant la composition, d’une part, à des références à la physique et aux mathématiques et ,d’autre part, à un art de la plastique sonore, Iannis Xenakis demeure celui qui a forgé le visage de la musique d’avant-garde. Pionnier de l’électroacoustique, inventeur des concepts de masses musicales, de musique stochastique et de musique symbolique, il est l’un des premiers à se servir de l’ordinateur pour le calcul de la forme musicale. Dans cette perspective Atrées – composée et exécutée en hommage au père des probabilités, Blaise Pascal – (signifiant les inflexibles lois de la Nécessité) est entièrement le fruit des calculs de l’ordinateur IBM 7090 exécutés à la place Vendôme en 1960.

RÉSERVER

 

Hot Math
Le 22 mars
Conférence du compositeur Alberto Posadas à 19h
Concert à 20 h
Ensemble Contrechamps
Studio Ernest-Ansermet
2, passage de la Radio 2
1205 Genève

Studio Ernest-Ansermet - Passage de la Radio 2