Go Out Magazine Menu

Publié par le 10.10.2018

Cela fait maintenant dix ans que l’association Desstres est active dans le paysage genevois. Active au niveau de la promotion de la culture urbaine sous toutes ses formes : graff principalement, mais également rap, danse, slam et bien d’autres choses…dix ans, ça se fête et ça s’annonce. Ca tombe bien: c’est une des raisons pour lesquelles Noam (actuel président) et Gonzo (membre fondateur de l’association) ont répondu présent à l’appel du dictaphone de Go Out !. L’autre raison tout aussi valable de mener cette interview était simplement le désir de faire découvrir l’association aux gens qui ne la connaissent pas…
Par Mathieu Roux

 

Pour commencer, présentez-vous et présentez l’association s’il-vous-plaît…
Noam: Moi c’est Noam, je fais partie de Desstres depuis 2008. A côté je suis travailleur social, j’ai été informaticien avant. A mon arrivée, je m’occupais du site web bénévolement. Ensuite j’ai fait partie du comité et finalement j’ai repris la présidence de Desstres, ça va faire cinq ans. Et puis pour l’assoc’, comme nous avions perdu l’Artamis [haut lieu autogéré de la culture alternative genevoise, fermé définitivement dans les années 2000, ndlr], l’idée était de combler un manque.
Gonzo: Moi c’est Gonzo, j’ai 36 ans, et je suis membre fondateur de Desstres. On était une vingtaine de membres au démarrage, actifs ou moins actifs. Comme l’a dit Noam, la création de l’assoc’ est partie du constat d’un manque de structures existantes, un manque de lieux affectés à la culture urbaine. Une culture urbaine qui était d’autant plus mal vue dans les endroits qui proposaient de la culture « alternative ». L’idée était de pérenniser le Peace, Unity, Love and Having Fun [slogan de la Zulu Nation, ndlr].

 Concrètement, qu’avez-vous proposé durant ces dix premières années ?
N: Beaucoup de choses assez variées. Au début, c’était nous qui cherchions des évènements, des participations. Au fil du temps, on a été pas mal visible et connu du public. Et finalement ces dernières années, les demandes ont augmenté: festivals, associations, maison de quartiers, foyers pour personnes âgées… on a également organisé des concerts de tous types musicaux, des manifestations liées à la danse ou au graffiti en faisant venir des artistes locaux et internationaux. On a par exemple beaucoup investi la Makhno [salle de concerts et buvette, ndlr] à l’Usine, lieu qui héberge encore actuellement notre émission radio Desstres Urban Session.
G: Pour résumer, tout est parti d’un petit évènement graffiti au quartier des Grottes qui nous a apporté une bonne visibilité. Un deuxième évènement graffiti à Plainpalais, plus important, a permis de consolider cette visibilité. Et à partir de notre première soirée au Zoo [salle de concerts de l’Usine, ndlr], nous avons intégré la musique à nos prestations. Pour rebondir sur l’offre proposée, nous avons aussi organisé des tours à vélo pour faire découvrir les graffs de la ville (Art2RueEn2Roues), des projections, des ateliers pour enfants et même du body painting avec Desstres ton maillot. Également beaucoup de partenariats durant ces années comme avec l’association La Comète [association à but non lucratif qui promeut différentes formes d’expression culturelle à Genève, nldr] ou les « End Of the Weak » [concours de rap en cinq épreuves, ndlr].

A quoi faut-il s’attendre concernant l’anniversaire des dix ans de l’association ?
N: Symboliquement, nous avons décidé de proposer un Festival ouvert sur dix jours, du 18 au 28 octobre 2018, aux halles de la Fonderie à Carouge. C’est une rétrospective de nos dix ans à laquelle nous invitons beaucoup de gens avec qui nous avons collaboré au cours des années précédentes.
G: Du coup nous avons pensé un programme assez complet qui propose une expo’ graffiti visible tous les jours, de l’animation musicale avec des concerts et des Dj, des performances live de graffs, des ateliers de danse, des ateliers pour enfants, le tout avec des gens du cru tels que Jonas, Joe2Plainp, Jaaq, et bien d’autres !

Festiv’Art Desstres
Du 18 au 28 octobre
Halles de la Fonderie de Carouge
17, av. du Cardinal-Mermillod – 1227 Carouge
www.desstres.ch