Go Out Magazine Menu

Publié par le 10.05.2018

Croisant formes d’expressions, sexualités et sensualités pour former le maillage d’un sous-vêtement hissé en bannière, la 6ème édition de la Fête du Slip promet d’être bougrement printanière. Par une approche artistique pluridisciplinaire, le festival explore les représentations du corps de la gorge à l’entre-jambe avec plus de 6 lieux qui seront investis.  Soufflant une sirocco émancipateur dans les rues de Lausanne, il ouvre les hostilités le 5 mai aux Docks, avec le collectif Haus of Genevegas, qui mènera des combats étincelants entre drag queens et catcheurs. La 4ème édition du Slip d’Or, qui récompense le meilleur du porno créatif et alternatif, émoustillera les férus du genre. Une soirée et un week-end promis à des percées  hors conditionnement et carcans sociétaux pour questionner la binarité entre corps et esprit par le prisme de la jouissance et de l’identité.

Nina Nana du collectif drag queen Genevegas

La performeuse protéiforme Nina Nana (c) Fête du Slip

Performances, documentaires, danses, expositions: le festival la Fête du Slip est riche d’expériences artistiques. Viviane Morey et Stéphane Morey sont frère et sœur et forment la direction artistique du festival. Animés par la même volonté d’exhiber le porno alternatif, les thématiques du genre et des sexualités par des médiums comme le cinéma, les arts visuels, la danse, les arts performatifs, la musique ou la littérature, ils fondent le festival des sexualités en 2012. Nommé la Fête du Slip, le festival s’inscrit dans une optique sex-positive. «La sexualité, le genre, le corps: personne n’échappe à ces thématiques. Ce sont des points de polarisation», explique Stéphane Morey. Il poursuit: «Le but n’est pas d’être militant ni partisan, mais de brasser des points de vue, de confronter des idées

Performance Wild Child (c) Valerie Reding pour la fête du slip à Lausanne 05.18 pour Go Out Magazine

Wild Child (c) Valerie Reding

Pour atteindre cet objectif, des artistes locaux et internationaux se côtoient durant ces quelques jours. Dès le 10 mai, Xenia Laffely, artiste lausannoise, explore la dimension politique des émotions à la galerie Forma. Dans le cadre de la performance Dry your feminist tears, elle prépare une belle soupe à l’oignon. Olivier Jourdain, lui, présente la dimension culturelle des femmes-fontaines au Rwanda. Dès le 11 mai, les festivaliers peuvent admirer les films sélectionnés pour la compétition du Slip d’Or. Inévitable haut lieu pour l’industrie du porno créatif, alternatif et féministe, des performeurs et performeuses comme Bishop Black ou Vex Ashley seront présents pour défendre leurs travaux.

Mother Fucker d’Emma Murray avec Emma Ribbing et Nadine Fuchs pour la fête du slip 6 em edition Lausanne Go Out Magazine

Mother Fucker d’Emma Murray avec Emma Ribbing et Nadine Fuch

Le festival explore cette année le rapport au corps dans la danse. Melanie James Wolf propose de faire un lap-dance au public dans Mira Fuchs, tandis qu’Emilia Guidicelli et Ioannis Mandafounis invitent les spectateurs à vivre un moment de danse solo, face à l’un d’eux. L’enjeu? Spectateur et artiste sont nus. Ces performances permettent aux visiteurs de se rendre compte que la dichotomie corps-esprit est dépassée, que le corps n’est pas qu’un contenant, explique Vivane Morey.

La révolte féminine constitue l’un des autres fils rouges du festival. A la Galerie Humus, une exposition photographique sur les groupes de rock féminin sera présentée. Un programme voguing et drag est aussi mis à l’honneur. Dans Drag-On, James Morgan présente les similitudes entre drag-queens et dragons. Plusieurs performances sont prévues: celle des drag-queens de la Haus of Genevegas lors de la soirée des Préliminaires le 5 mai, et celle de Queer Tarot par Rose Salvia Bucket. Un workshop pour les plus intéressés des festivaliers est prévu: enfilez des talons et venez améliorer vos moves à la soirée House of Moda au Bourg! Notons enfin la présence du sulfureux label Danse Noire qui réintroduit la transe dans les soirées et qui défend une approche rituelle au clubbing avec, aux manettes, Excess Culture.

Le festival sonne comme un hymne à s’affranchir des frontières, qu’elles soient artistiques ou imposées par la société. Alors, prêts à venir remettre en questions les normes et à vous nourrir d’audacieuses expériences artistiques?

La Fête du Slip
Le 5 mai et du 10 au 13 mai
Divers lieux à Lausanne
www.lafeteduslip.ch