Go Out Magazine Menu

Publié par le 11.10.2018

Les Cinémas du Grütli donnent à nouveau un coup de projecteur sur l’un des pontes du cinéma japonais. Après Naruse, Kurosawa et Mizoguchi, c’est au tour de Yasujiro Ozu – qui se caractérise par la mise en scène extrêmement sobre de ses œuvres – d’avoir droit à une rétrospective. Auteur de pas moins de cinquante-quatre films en l’espace de trente-cinq ans, le prolifique cinéaste s’est adapté au cinéma parlant, puis à la couleur malgré ses réticences. Abordant des sujets universels du quotidien, ses réalisations font office d’histoires intergénérationnelles. Une sélection de ses vingt films les plus marquants, de Printemps Tardif (1949), en passant par Herbes Flottantes (1959), sans oublier son chef-d’œuvre posthume Le Goût du saké (1963) est à (re)découvrir jusqu’à mi-novembre. L’occasion d’apprécier le fameux cadrage récurrent d’Ozu : à hauteur de tatami !

 

Cycle Yasujiro Ozu
Du 24 octobre au 16 novembre aux Cinémas du Grütli
www.cinemas-du-grutli.ch/agenda/22563-yasujiro-ozu