Go Out Magazine Menu

SÉLECTIONS DE LIVRES

Par The Line

Brilliant Basquiat
Atome d’effervescence du mouvement underground Jean-Michel Basquiat, artiste et musicien, ne se présente plus.30 ans après sa disparition prématurée, il continue de satelliser nos pensées. C’est sous l’aile bienveillante de sa mère graphiste et rat de musée, qu’il découvre très jeune le monde de l’art. Adolescent, il fugue et trouve refuge dans l’art de la rue, sous le pseudo SAMO (Same Old Shit – toujours la même merde) où il habille des objets du quotidien et murs de New-York de ses tags et poèmes aux messages bruts.Très vite accueilli dans la cour des grands, il intègrera ses graffitis dans son travail invitant la street dans les galeries. Inspiré par son époque, la bd, le jazz et l’art, torturé par les injustices et le racisme, son parcours est décortiqué et suivi à la trace dans un nouvel ouvrage édité par Taschen. Une sublime monographie au format XXL, la plus exhaustive à ce jour qui accompagne l’exposition qui lui est consacrée actuellement à la Fondation Louis Vuitton à Paris jusqu’au 14 janvier prochain. Sensationnel.

  

Jean-Michel Basquiat
L’édition la plus complète à ce jour
Hans Werner Holzwarth, Eleanor Nairne
Dès octobre 2018
Taschen
www.taschen.com

Traité sur les sorciers
Médium visuel, Virginie Rebetez mène ici une enquête photographique pour le Service de la culture du canton de Fribourg sur une pratique locale ancestrale qui vivifie les âmes des différents personnages, objets, paysages et lieux habités par ces guérisseurs, où ces derniers sont nombreux et ont subi une chasse aux sorcières jusqu’au 18ème siècle. Le Malleus Maleficarum (Marteau des sorcières) est un traité utilisé dans le cadre de la chasse aux sorcières qui débute au 13ème siècle en Europe. Les femmes y sont dépeintes comme inférieures et plus faibles et donc d’avantage disposées à être attirées par le démon. Une simple rumeur pouvait à cette époque conduire à la condamnation et on y découvre également comment capturer, mettre en procès, détenir, obtenir des aveux et éliminer les sorcières. Dans cette envoûtante publication les différentes générations de bienfaiteurs, absents et présents s’entrecroisent grâce aux images pénétrantes et au regard magnétique de Virginie Rebetez. Une exposition à la Bibliothèque cantonale et universitaire Fribourg jusqu’au 3 novembre prochain fait écho à la parution du livre.

Malleus Maleficarum de Virginie Rebetez
Enquête photographique fribourgeoise 2018 Photographies :
Textes : Elisa Rusca, Olga Yatskevich

Retour vers le futur
Le Centre de la photographie nous offre un joyau avec ce translucide ouvrage sur le Palais des Nations. Une charmante opportunité, sans quitter son chez soi, de visiter les différents bâtiments construits dans les années trente, agrandis jusque dans les années septante, et actuellement en rénovation jusqu’à lʹété 2023. Le Fribourgeois et autodidacte François Vermot réussit à réinsuffler une âme à ses intérieurs intemporels. L’enchantement se fait d’entrée avec une prenante couverture, alors qu’on croyait connaître cet endroit, patrimoine national, on se laisse surprendre par ses étonnants clichés détonants. Un voyage dans le temps presque utopique aux visuels hypnotiques qui nous laisse léger et songeur.

Palais des Nations
de François Vermot
Éditions Centre de la photographie de Genève
www.centrephotogeneve.ch 

Vadémécum for dad and mum
Qui  a  déjà  eu  l’honneur  d’enfanter  un ou  des  marmousets  saura  que  toute  activité  devient  autrement  plus  technique.  La  poussette,  l’allaitement,  changer  les  couches,  pour  ne  citer  que  les  plus  connus  du  hit machine  de la  nouvelle  maman. Emilie  Ropp  Servettaz  avait  d’abord  conçu  un  blog  (Les  Petits  Genevois)  après  avoir  conçu  l’enfant.  Mais  forte  du  considérable  succès  de  son  initiative,  et  ô  combien  justifié,  décision  fut  prise  de  rédiger  un  guide  bilingue  français  et  anglais  regroupant  plus  de  200  adresses  genevoises  qui  soient  bébés  et  enfants-friendly:  «  Genève en  famille  ».  Toutes  proportions  gardées,  ça  rappelle  un  peu  le  moment    le  bouillon  Maggi  avait  été  inventé,  faisant  gagner  un  temps  précieux  aux  familles  de la  révolution  industrielle. 

Genève en  famille
d’Emilie  Ropp  Servettaz
Illustrations  de  Juliette  Haenni
Les  Petits  Genevois
www.lespetitsgenevois.com