Go Out Magazine Menu

Publié par le 17.04.2018

Le projet des Réverbères de la Mémoire de Melik Ohanian s’envisage comme un hommage chatoyant aux victimes de violences collectives à l’instar de celles du génocide arménien mais également à la mémoire commune des Genevois et Arméniens. Ces installations rappellent que Genève a été une terre d’accueil pour de nombreux Arméniens en exil et éclairent métaphoriquement, dès le 13 avril, ce moment sombre de l’histoire en lui redonnant l’éclat de la réflexion. Ces réverbères imaginés comme de véritables statues de bronze dans l’enceinte du parc Trembley seront mises en dialogue avec la nature et seront propices à une promenade introspective sur des sujets contemporains tels que le temps, le droit des peuples et l’exil.

Les Réverbères de la Mémoire (c)DR, article clarté chromée pour go out magazine avril 2018

Les Réverbères de la Mémoire (c)DR

Colosses bronzés

Sous l’impulsion de la communauté arménienne et avec l’aide du Fonds d’art contemporain de la Ville de Genève, le lauréat du concours international pensé pour cette exposition, Melik Ohanian, rumine depuis 2010 déjà son projet comme un trait d’union entre Genevois et Arméniens. Cette volonté de liaison se retrouve dans le choix de mettre à l’honneur le réverbère. Objet ordinaire croisé de chacun au gré de ses pérégrinations, il représente également un point de passage et un point d’accroche, un phare éclairant les périodes obscures de la vie pour qui est conduit à l’exil. Mais là où mène la fatalité renaît l’espoir. Le parc Trembley se présente comme l’écrin de ce souvenir et présente au visiteur nomade neuf réverbères colossaux tous de bronze vêtus. Détournés de leur fonction première d’éclairage, c’est avant tout notre réflexion qu’illumineront, grâce à divers textes gravés sur leurs fûts, ces luminaires urbains aux formes arabesques dont les ampoules sont subtilement remplacées par des larmes chromées. Illustrant le passé mais reflétant la nature et le public, les Réverbères de la Mémoire sont assurément tournés vers l’avenir.

Les Réverbères de la Mémoire (c)DR, article clarté chromée pour go out magazine avril 2018

Les Réverbères de la Mémoire (c)DR

Avenir doré

La Genève internationale, terre d’accueil et porteuse du drapeau blanc, propose au parc Trembley de revêtir un rôle de lieu de paix. Pas plus imposantes que les nombreux arbres du parc, les installations se fondent discrètement dans le paysage. Aussi parfait qu’il soit, il ne faut pas oublier que l’emplacement sélectionné fait suite à d’intenses tractations. D’abord envisagé en Vieille-Ville de Genève, le projet doit être repensé et le parc de l’Ariana jouxtant l’ONU est un temps proposé. Or, les palabres diplomatiques internationaux astreignent ironiquement le projet à subir lui-même l’exode dont il se fait l’illustrateur, lequel s’installe finalement de manière immuable dans le parc Trembley.

Réverbères de la Mémoire
Inauguration le 13 avril
Parc Trembley
4 rue Pestalozzi – 1202 Genève

Parc Trembley | Rue Pestalozzi, 4