Go Out Magazine Menu

Publié par le 20.07.2018

Un grand cru s’apprécie toujours mieux lors qu’il est accompagné d’une bonne mélodie. Afin de confirmer la véracité de cette doctrine, Go Out! s’est rendu en Bourgogne au Château de Pommard, pour la deuxième édition du Rootstock FestivalUnique en Europe, l’évènement aime accorder plaisir œnologique avec plaisir acoustique. Présent lors des festivités, l’élégant Breakbot, cuvée 2009 de la maison Ed Banger Records, s’est prêté au jeu de l’entretien, verre de pinot noir en main. Celui-ci nous a récemment gratifié d’une triple surprise : un morceau, un clip et une mixtape, histoire de passer un bel été. Dégustation.

 

Le single Another You semble amorcer un nouveau projet, troisième album en vue  ? Ce ne sera pas un album mais en effet je vais sortir un maxi à la fin de l’été qui comportera ce titre ainsi que deux ou trois autres morceaux. Honnêtement pour l’instant un nouvel album n’est pas d’actualité, je préfère me concentrer sur des formats plus courts comme à l’époque de Baby I’m Yours, Fantasy etc… Je pense que ça m’enlève une certaine pression aussi.

L’esthétique et la créativité sont les maitres-mots pour vos clips, avec quels réalisateurs aimeriez-vous collaborer ? Etant un grand fan de dessins animés, si j’ai l’opportunité de travailler avec les studios Walt Disney ou encore le studio Ghibli ce serait vraiment cool. Il y’a deux ans j’ai été appelé afin de réaliser un titre pour la compilation Star Wars Headspace, chapeautée par le producteur Rick Rubin. C’était un honneur de faire partie d’un projet comme ça moi qui ai grandi avec l’univers de George Lucas.

Quel est votre processus créatif pour réaliser les fameuses mixtapes estivales ? Je dirais que le but recherché c’est de faire découvrir des titres méconnus du grand public. Lors de mes sets je passe des classiques tel que Good Times de Chic ou encore Last Night a DJ Saved my Life de Indeep, car les gens ont les références en tête. Pour la conception d’une mixtape on est davantage dans la découverte. Au fur et à mesure des années j’ai glané des nouveaux morceaux à droite et à gauche, et à partir de là je fais une sélection des pépites disco/funk que j’aime bien. Pour mes précédentes mixtapes j’avais pour habitude de faire un pont entre des titres d’hier et d’aujourd’hui tandis que pour Another Mixtape j’ai fait un pont entre hier et hier ! (rires) Au final je considère qu’on peut être bien plus moderne aux niveau des sonorités en 1970 qu’en 2018 par exemple.

Habitué à voyager aux quatre coins du monde à l’occasion vos tournées, quel pays vous a récemment marqué ? Lors de nos tournées avec Irfane on se rend régulièrement aux Etats-Unis, en Australie et en Europe, c’est notre circuit de concerts disons. Mais d’ici deux semaines je vais au Liban, à Beyrouth précisément et je suis assez excité de découvrir ce pays.

Un morceau à nous conseiller en dégustant un grand cru ? Baltimore de Nina Simone, titre orienté reggae, loin des standards jazzy de la chanteuse mais quel morceau ! Très bien construit, équilibré, avec une jolie robe ! (rires)

Prince ou Rick James ? Le choix est vite fait, niveau carrière et discographie c’est Prince qui l’emporte ! Après Rick James a également apporté sa pierre à l’édifice de la funk, et surtout j’insiste sur ses tenues de scène résolument fantasques !

Nile Rodgers ou George Clinton ? Les deux m’inspirent beaucoup mais je dirais Nile Rodgers car aussi bien avec Chic qu’en tant que producteur, il a révolutionné le monde de la musique. Ce mec est intemporel en fait, on a bien vu il y a quelques années sa participation mythique à Random Access Memories des Daft Punk. Et puis il faut savoir qu’il a traversé énormément de choses difficiles dans sa vie et il est toujours là, à transmettre son amour pour la musique. D’ailleurs je recommande vivement la lecture de son autobiographie, une vraie leçon de positivisme.

Pour suivre Breakbot c’est par ici, ou encore par .