Go Out Magazine Menu

Publié par le 25.08.2018

Depuis maintenant trois ans, le festival Château Sonic prend un malin plaisir à instaurer une ambiance chevaleresque au sein de sa forteresse groovy, le domaine d’Avully. Ayant allègrement enflammé la muraille du son lors de sa joute scénique, Blu Samu, 23 ans à peine et déjà une ascension prometteuse, a accepté de s’adonner à une entrevue en compagnie de Go Out! Force est de constater que celle-ci à autant d’aisance en interview qu’en concert, mystifiant le public de son flow aiguisé et de son timbre de voix qui n’est pas sans rappeler celui de son idole, Sade. Entretien avec une artiste à suivre de près en 2018.

Quelle a été la genèse de ta carrière dans le rap ? À quel moment tu t’es vraiment lancée dans l’aventure Blu Samu ? J’avais 19 ans quand j’ai commencé à écrire mes premiers textes de rap et depuis j’ai toujours continué, d’Anvers jusqu’à Bruxelles ou je réside actuellement avec les membres du collectif le 77. En fait c’est tout récemment, suite à la sortie de mon premier projet Moka, que j’ai décidé d’y aller à fond, surtout avec la tournée des festivals qui s’en est suivie, disons qu’on est vraiment dans quelque chose de concret maintenant.

Peux-tu nous raconter la conception de Moka? D’ailleurs pourquoi l’intituler de la sorte ? J’ai façonné l’EP avec Morgan et Peet du 77. La première fois que j’ai écouté les prod qu’ils ont créés pour le projet j’étais en admiration car leur univers et le mien sont étroitement liés. Une fois que tout était bouclé avec l’album il ne me restait juste qu’un truc à faire : lui trouver un nom ! Ma grand-mère m’appelait toujours Moka quand j’ai grandi au Portugal, et ça m’a directement donné envie de l’intituler comme ça.

Le clip du morceau Nathy est résolument barré, c’est toi qui a eu l’idée du scénario ? (Allez checker la vidéo avant, on va méchamment vous spoiler sinon) Pour réaliser ce clip j’ai collaboré avec Robin Knudsen, j’avais déjà une idée précise du déroulement de l’histoire, et de la fin WTF, mais c’est lui qui a suggéré que les têtes des gars explosent quand je crie ! Je lui ai dit « c’est magnifique ! » (rires). À Bruxelles on a énormément de clippeurs, mais Robin fait davantage des courts métrages et au final je pense que c’est cette qualité qui donne ce côté original au clip. On voulait clairement réaliser cette vidéo pour se marrer et le résultat est à la hauteur de nos attentes !

Parmi tes collaborations, tu es présente sur le morceau Mama, issu du premier projet solo de Swing. Comment s’est déroulée votre rencontre ? Swing chante beaucoup dans ses morceaux et c’est quelque chose qui me plait car je trouve que nos deux univers musicaux se ressemblent. En fait il est passé au studio du 77 pour bosser sur l’instru avec Morgan, et du coup j’ai posé ma voix sur le refrain pour créer une mélodie. Et à ce moment-là il m’a dit « Bah si tu veux tu peux carrément faire un couplet aussi ! ». Du coup j’ai écrit mes textes et un mois plus tard on a enregistré le son chez l’Œil Ecoute Laboratoire. C’est une collab’ dont je suis vraiment fière.

Comme leurs homologues belges, les rappeurs suisses sont en pleine période d’expansion, lesquels écoutes-tu ? J’écoute énormément le crew de La Base, parce que les gars du 77 les vénèrent littéralement (rires). Sinon j’ai récemment découvert la genevoise Danitsa et j’aime beaucoup sa vibe artistique.

Niveau 7ème art, quels sont tes films cultes ? Je pense que mon film préféré c’est Tekkonkinkreet, un anime japonais qui raconte les aventures de deux frères orphelins, Black et White, qui sont séparés et essaient d’avancer dans la vie l’un sans l’autre. J’aime beaucoup les réalisations du studio Ghibli aussi, le Tombeau des lucioles par exemple c’est tellement beau et triste à la fois. Tu peux ajouter toute la filmographie de Wes Anderson et Quentin Tarantino aussi. Et pour finir…Memento de Christopher Nolan !

Trois spots Bruxellois à nous conseiller ? Si tu passes à Bruxelles déjà viens dans notre coloc’ avec le 77, je ne donne pas le nom de la rue sinon il risque d’y avoir du monde devant l’appart prochainement ! (rires). Je te conseille vivement de faire un tour au Moka, un barista bar vraiment chill tenu par deux filles, ou tu peux manger healthy et déguster des bons cafés. C’est un peu le QG des gens du milieu musical bruxellois. Et pour finir, va voir des concerts à l’Ancienne Belgique, la disposition de la salle est vraiment unique et la dernière fois que j’y ai joué c’était dingue !

Un morceau à nous faire découvrir ? Black de Buddy ! En fait écoute carrément tout son album, Harlan & Alondra. J’adore cet artiste !

Je te laisse le mot, la phrase ou le monologue de fin. Merci aux personnes qui me suivent depuis le début, c’est réellement une force d’avoir toujours des gens autour de moi qui me comprennent, m’acceptent et surtout me poussent vers le haut.

Moka est disponible depuis le 29 juin ici.

Pour suivre Blu Samu c’est par ici et par que ça se passe.