Go Out Magazine Menu

Publié par le 17.06.2018

Passionnées par la durabilité et l’écologie, Victoria Etchepareborda et Oriane Schadegg ont décidé conjuguer ces intérêts avec leur amour pour les beaux objets, le design et la mode. Les deux acolytes, respectivement âgées de 25 et 23 ans, se sont rencontrées lors de leurs études de marketing digital à Genève d’où elles sont originaires. De cette rencontre naît un projet, Ecolabo, une alternative très dans l’air du temps pour consommer responsable en restant à la pointe du style. On rencontre Victoria pour découvrir leur projet et se laisser tenter par la fraîcheur du concept.

par Alexandre KASPAR

(c)Ecolabo, Passionnées par la durabilité et l’écologie, Victoria Etchepareborda et Oriane Schadegg, ont décidé conjuguer ces intérêts avec leur amour pour les beaux objets, le design et la mode. Les deux acolytes, respectivement âgées de 25 et 23 ans, se sont rencontrées lors de leurs études de marketing digital à Genève d’où elles sont originaires. De cette rencontre naît un projet, Ecolabo, une alternative très dans l’air du temps pour consommer responsable en restant à la pointe du style. On rencontre Victoria pour découvrir leur projet et se laisser tenter par la fraîcheur du concept., par alexandre kaspar pour go out magazine juin 2018, made in geneva, culture

(c)Ecolabo

Ecolabo, c’est quoi ?

Une page Instagram et, depuis très récemment, un site web. Ces deux plateformes nous permettent de mettre en avant notre projet. On se donne pour mission d’inspirer les gens à adopter un lifestyle plus conscient en proposant une sélection de produits écologiques créés par des petites marques responsables. On est persuadées que le consommateur peut être acteur du changement, que chaque achat contribue à définir la société dans laquelle il veut vivre. A travers notre sélection, on l’encourage à consommer de manière consciente et responsable en privilégiant par exemple les produits locaux, la qualité à la quantité, ce genre de principes

Comment est né le projet, vous avez ressenti une demande ?

Il est très clair que les mœurs changent, que les gens sont de plus en plus conscients. Il y a une réelle volonté de mieux consommer. On est de plus en plus confrontés à nous-même, à nos habitudes qui sont parfois mauvaises. Et c’est vrai qu’il est difficile de savoir quelle marque est réellement engagée et responsable. L’accès à l’information nous a permis de faire des choix plus justes pour l’environnement. Notre recherche a débuté sur Internet via des documentaires mais aussi sur les réseaux sociaux, où il y a une très grande communauté de personnes engagées. On avait toutes deux la volonté de réduire notre impact en adoptant un régime végétarien, puis on s’est rendues compte qu’on pouvait faire bien plus. Chaque objet a un impact, des coûts et des enjeux sociaux. En consommant mieux, on peut redonner le pouvoir aux personnes qui se donnent la peine de créer des produits de qualité tout en préservant l’environnement. On s’est dit qu’on pouvait les mettre en avant, c’est comme cela qu’est né le projet Ecolabo.

(c)Ecolabo, Passionnées par la durabilité et l’écologie, Victoria Etchepareborda et Oriane Schadegg, ont décidé conjuguer ces intérêts avec leur amour pour les beaux objets, le design et la mode. Les deux acolytes, respectivement âgées de 25 et 23 ans, se sont rencontrées lors de leurs études de marketing digital à Genève d’où elles sont originaires. De cette rencontre naît un projet, Ecolabo, une alternative très dans l’air du temps pour consommer responsable en restant à la pointe du style. On rencontre Victoria pour découvrir leur projet et se laisser tenter par la fraîcheur du concept., par alexandre kaspar pour go out magazine juin 2018, made in geneva, culture

(c)Ecolabo

Comment fonctionne le projet ?

D’abord il y a la prospection, dans notre petit laboratoire, puis on partage nos découvertes dans notre journal, en expliquant pourquoi on choisit ces articles plutôt que d’autres, ensuite les informations récoltées sont réparties dans les différentes rubriques du site. Il y a aussi le shop qui regroupe une sélection des produits qu’on aime en ce moment. La sélection repose sur trois critères: l’éthique, l’écologie et l’esthétique. On choisit donc des produits séduisants qui combinent aussi ces valeurs. L’un des points les plus importants pour nous est celui de l’impact social, c’est pourquoi on vérifie que chaque marque fonctionne avec une chaîne de production équitable et durable, et qu’elle s’y tient. Ensuite, on se penche sur les coûts environnementaux des produits proposés, comme la composition, les matériaux, les éventuels déchets ou les procédures requises à la fabrication.

Quels types de produits proposez-vous ?

On voulait créer un espace qui puisse inspirer la consommation responsable dans chaque aspect de notre quotidien. On trouve donc des vêtements, des cosmétiques, des objets divers et même de la nourriture. Pour aller plus loin on a aussi créé des petits guides qui présentent nos spots green préférés dans plusieurs villes d’Europe comme Paris, Barcelone, Rome, etc. Il y a aussi le blog, qui abrite toutes nos découvertes, interviews, idées et autres recettes de cuisine. On y trouve plus de détails sur notre lifestyle et comment l’adopter facilement.

(c)Ecolabo, Passionnées par la durabilité et l’écologie, Victoria Etchepareborda et Oriane Schadegg, ont décidé conjuguer ces intérêts avec leur amour pour les beaux objets, le design et la mode. Les deux acolytes, respectivement âgées de 25 et 23 ans, se sont rencontrées lors de leurs études de marketing digital à Genève d’où elles sont originaires. De cette rencontre naît un projet, Ecolabo, une alternative très dans l’air du temps pour consommer responsable en restant à la pointe du style. On rencontre Victoria pour découvrir leur projet et se laisser tenter par la fraîcheur du concept., par alexandre kaspar pour go out magazine juin 2018, made in geneva, culture

(c)Ecolabo

Comment trouvez-vous ces produits ?

On déniche des marques en grande partie sur Instagram. Cette plateforme nous permet aussi d’entrer directement en contact avec les créateurs et de leur poser des questions pour découvrir leurs produits. On choisit toujours des petites structures qui ont toutes les clefs en main pour créer un modèle responsable et durable. Cela nous permet d’éviter les intermédiaires, de rester proches des artisans et de connaître l’origine des produits. Et puis les échanges sont toujours très enrichissants.

Quelles sont vos perspectives pour l’avenir ?

Dans un premier temps, l’idée est de développer notre concept pour le rendre encore plus adapté aux besoins des gens. On veut avoir un maximum de feedback pour pouvoir créer du contenu qui aide tout le monde à chaque étape de leur parcours. Ensuite, on souhaiterait développer un modèle qui aide aussi les marques à se développer sur Internet, on voudrait travailler avec et pour elles afin d’augmenter leur visibilité et améliorer leur image. Enfin, notre but premier est de véhiculer nos découvertes sur le sujet de la sustainability (développement durable, ndlr) et d’encourager notre communauté à le faire avec nous. On est dans une période charnière où les gens veulent prendre soin de leur santé, non seulement via la nourriture mais aussi en achetant des produits sains. On est aussi un peu des meufs healthy, on adore partager nos routines santé, nos recettes etc. Ca nous fait énormément plaisir quand les gens nous écrivent pour nous dire qu’ils ont acheté des produits qu’on leur a conseillés ou qu’ils ont testé l’une de nos recettes. On va donc continuer sur cette voie.

Victoria Etchepareborda et Oriane Schadegg, Passionnées par la durabilité et l’écologie, Victoria Etchepareborda et Oriane Schadegg, ont décidé conjuguer ces intérêts avec leur amour pour les beaux objets, le design et la mode. Les deux acolytes, respectivement âgées de 25 et 23 ans, se sont rencontrées lors de leurs études de marketing digital à Genève d’où elles sont originaires. De cette rencontre naît un projet, Ecolabo, une alternative très dans l’air du temps pour consommer responsable en restant à la pointe du style. On rencontre Victoria pour découvrir leur projet et se laisser tenter par la fraîcheur du concept., par alexandre kaspar pour go out magazine juin 2018, made in geneva, culture

Victoria Etchepareborda et Oriane Schadegg

Ecolabo
info@ecolabo.ch

Instagram