Go Out Magazine Menu

Publié par le 08.10.2018

Par Vincent Magnenat

Le théâtre des Grecs est à l’origine une célébration religieuse, une manière d’incarner des dieux et des héros qui ne sont normalement présents qu’oralement au sein des mythes et légendes qu’on raconte à leur propos. C’est une forme de transe sociétale jouée, une célébration commune, où les sacrifiés virtuels offrent leur expérience émotionnelle au public et à eux-mêmes.

Il est certain qu’en 2018, le théâtre est à la fois nécessaire, disponible et paradoxalement loin d’être autant fréquenté. Or, la Fête du Théâtre incarne justement sa place : décloisonner les trois murs classiques en laissant le quatrième. Et ce fameux quatrième mur, symbole du pacte théâtral, même lui sera questionné, contourné voire réarrangé.

Pour sa sixième année, la Fête du Théâtre propose plus d’une soixantaine d’ateliers, projets participatifs, activités hors-les-murs, la chaleureuse “cour à Germaine”, lectures, performances, visites de backstages dans leur jus, spectacles et fêtes tout court.

On notera notamment l’atelier “Jouez les mécènes”, où on se grime en pourvoyeurs de fonds qui doivent décider de l’allocation de financements à tel ou tel projet, initiative particulièrement brillante. La Cour à Germaine, sympathique cour devant le 8 de la rue Lissignol, haut-lieu de la culture squat consensuelle, accueille pour sa part son lot d’activité saltimbanquesques. On pourra également assister à un tournoi de football théâtral, c’est-à-dire des comédiens et autre théâtristes qui jouent au football, et non l’inverse. On a aussi un Cluedo GN (grandeur nature) qui prendra place à la Comédie. Enfin, ça sera la teuf au Grütli après le football.

Fête du Théâtre
Du 12 au 14 octobre
Différents lieux
fetedutheatre.ch