Travelling vers la Sarine

How Long Will I Love U, film d’ouverture

Fondé en 1980 sous l’impulsion de Magda Bossy, le Festival International du Film de Fribourg propose cette année une 33ème édition marquée par les problématiques d’identité récurrentes de notre époque, tout en offrant une place de choix au genre universel qu’est la comédie romantique. Elisa Shua Dusapin et Bon Joon-ho dresseront un pont entre la Suisse et la Corée du Sud, alors qu’une section consacrée au statut de la femme noire en Occident explorera l’intersectionnalité à travers le regard et le vécu de seize comédiennes françaises. Du 15 au 23 mars, la petite ville de la Sarine nous embarque dans un évènement qui rayonne bien au delà des frontières et dont le nombre de spectateurs surpasse de loin celui de ses habitants. Découverte d’un rendez-vous culturel de choix.

Romantisme cliché déconstruit

Le genre mis à l’honneur cette année peut sembler naïf: c’est la comédie romantique. D’apparence fluffy et commerciale, aussi agaçante que fédératrice et à l’issue toujours certaine, elle offre souvent à l’intelligentsia l’exutoire qu’elle aime emprunter pour satisfaire les quotas de son défouloir critique. Pourtant, bien mieux que les autres genres, elle sait emporter avec passion son très large public vers le prévisible dénouement de ses récits et tisser des liens cultes entre les âges, les genres et les origines sociales. Cette année, la section Cinéma de genre revisite la comédie romantique à travers le prisme de différentes cultures, afin d’y apporter un regard novateur défiant les clichés dont elle est trop souvent victime.

Le FIFF s’ouvrira donc avec How Long Will I Love U, réalisation chinoise de Su Lun dépeignant l’histoire d’amour entre deux protagonistes vivant dans le même appartement à vingt ans d’écart et se retrouvant soudainement dans le même lit. Malgré leurs différences, ils vont tenter de faire cohabiter deux Chines séparées par une radicale mutation de normes et de valeurs. Le 23 mars, c’est Meet Me in St. Gallen qui clôturera l’évènement, film dont le titre déguise brillamment l’origine philippine. La cinéaste Irene Emma Villamor met en scène un jeune duo se retrouvant en plein hiver dans les rues de Saint-Gall pour y dresser le bilan de l’unique nuit de passion qu’ils ont partagée des années auparavant.

Racisme ordinaire dénoncé

L’actrice et réalisatrice Magaajyia Silberfeld dirige la section “Décryptage”, proposée avec les quinze autres auteures de Noire n’est pas mon métier, livre-manifeste collectif dénonçant les stéréotypes de la femme noire véhiculés par la production culturelle, notamment au cinéma. Chacune, seule ou à deux, a choisi un film pour cette section, proposant des regards très personnels sur leurs perceptions de cette problématique, restant toutefois ancrées dans une volonté de résolution et de progrès plutôt que de victimisation.

Elisa Shua Dusapin ©Romain Guélat

Corée dévoilée

La section “Diaspora” propose quant à elle à une personnalité de raconter sa culture d’origine à travers un choix de films. Carte blanche à Elisa Shua Dusapin, jeune écrivaine originaire de Séoul, née en France et ayant principalement vécu à Porrentruy. Ses deux romans, Hiver à Sokcho et Les Billes du Pachinko, récompensés, explorent le rôle de la langue dans les liens culturels et identitaires, thématique qu’elle reprend dans sa sélection où elle nous racontera sa Corée, l’exil et l’interculturalité. Également coréenne, la section “Sur la carte de…” se consacrera aux choix personnels du réalisateur coréen Bong Joon-ho qui en profitera pour présenter les films fétiches qui ont forgé sa personnalité et sa carrière.

Bong Joon-ho ©DR

Compétitions variées

Dans le cadre des “Compétitions Internationales” de cette édition concourront douze longs métrages et quinze courts métrages, pour des premières en présence de leurs réalisatrices et réalisateurs. Les sept jurys et le public devront élire les meilleurs d’entre eux, dont la diversité répondra aux habitudes du festival : originaire d’Asie, d’Afrique, du Moyen-Orient et d’Amérique latine, cette jeunesse ouvre la voie à un nouveau souffle en faveur d’un monde meilleur. En l’invitant, le Festival International du Film de Fribourg lui offre un beau tremplin, et se réaffirme comme un festival engagé !

Festival International du Film de Fribourg (FIFF)
Divers lieux à Fribourg
Du 15 au 23 mars
www.fiff.ch

Responsable des rubriques musique classique & design, webmaster gooutmag.ch

J’ai rejoint l’équipe Go Out! au printemps 2015 avec la volonté d’écrire sur l’architecture, puis ma passion pour la musique classique en a vite décidé autrement. L’extraordinaire offre musicale genevoise m’a vampirisé et poussé par la force des choses à me consacrer à ce merveilleux sujet, dont je suis maintenant responsable parallèlement à la nouvelle rubrique design. Quand Go Out! me laisse un peu de temps libre, je fréquente les maisons d’opéra, m’abandonne à des romans-fleuves, m’exerce à la photographie, me défoule à ski ou à vélo et me consacre à mon métier de designer.