Exposition

Martin Disler au Cabinet des Arts Graphiques

avril 6, 2017 4:14 Publié par

LE DERNIER ARTISTE DU MILLENAIRE

Par Alexandre Kaspar

Du 7 avril au 30 juillet 2017, le Cabinet des arts graphiques (CdAG) propose l’exposition d’œuvres résultant de la confrontation d’un artiste avec lui-même. Sexe, violence et mort, tension entre abstraction et figuration expressive, la force des productions données par Irene Grundel (veuve de l’artiste) au CdAG place plus que jamais l’œuvre de Martin Disler au cœur des questionnements contemporains.

Go Out! Mag

Lors de l’inauguration d’Art Basel en 1988, Martin Disler disait que «Les yeux sont un instrument important pour le dernier artiste du millénaire. [Que] c’est de là que son âme s’échappe au-dessus des frontières qu’on veut lui opposer. [Que] son devoir à lui est de toujours dépasser les frontières les plus éloignées». Sans qu’il le sache encore, ces propos seront ceux qui dicteront la dernière phase de sa production artistique. En 1988, l’artiste soleurois est au sommet de sa gloire. L’année d’après sera celle de l’édition du premier volume du catalogue raisonné de son œuvre gravée à l’occasion d’une exposition initiée par le Cabinet des estampes du Musée d’art et d’histoire (aujourd’hui le Cabinet des arts graphiques). L’exposition aura sur l’artiste un effet immédiat, déclenchant une production artistique puissante et inédite comme une réponse directe à son propre travail. De cet électrochoc naissent sept années d’une production frénétique et audacieuse qui enrichit désormais la collection du CdAG grâce au don de la veuve de l’artiste, entre 2001 et 2002. L’exposition Martin Disler. Des coups au cœur en est la manifestation.

Martin Disler Go Out!

Artiste et seul roi

Martin Disler est un artiste autodidacte qui ne se soucie pas de ce que le marché de l’art pense de son travail. Il ne suit pas de groupe et opère seul, bien qu’il soit possible de rattacher son œuvre au «mouvement» du renouveau de la figuration du début des années 80 qui s’établit en s’opposant à l’art minimaliste et conceptuel. Disler côtoie des artistes comme Georg Baselitz, Marlene Dumas ou Mimmo Paladino tout en développant de son côté un art dont le sujet principal est la figure. Son œuvre se concentre sur les combats intérieurs de l’Homme, ceux de l’artiste, ses pulsions et ses désirs. L’expression de ces tensions prend alors de multiples formes, dans une combinaison sans limites entre les médiums – dessin, peinture, gravure et littérature. Après l’exposition de 89, l’artiste se penche plus particulièrement sur les processus de création que sur l’objet lui-même. En résultent les œuvres exceptionnelles qui seront exposées cette année au Cabinets d’arts graphiques.

Martin Disler Go Out!

L’exposition s’articulera autour de quatre salles qui permettront de comprendre le contexte dans lequel l’artiste a trouvé sa renommée. La première réunira des œuvres de Miriam Cahn, Marlene Dumas ou encore Baselitz, toutes issues du Cabinet d’arts graphiques. La deuxième mettra en avant les débuts de Disler avec une sélection d’œuvres imprimées datant des années 80, une période importante où il découvre les multiples possibilités en terme d’impression. Les salles 3 et 4 correspondent à la plus grande partie de l’exposition. Elles regrouperont des œuvres uniques datant d’après 89 et dont les variations de couleurs et de rendus traduisent la volonté d’absolue liberté que Disler recherche dans son travail artistique. Enfin, véritables témoins de son art par leur diversité, on pourra y découvrir trois œuvres emblématiques de cette période de l’artiste: une xylographie monumentale de 1995 présentée avec sa matrice de bois peint à l’huile, L’œil, deux lithographie de 1990-1991 avec gouache/collage et PlantSÜDEN, qui regroupe sept projets datant de 1995 et réalisés à l’encre de Chine et gouache sur acétate. Ces œuvres, caractéristiques de la dernière période de l’artiste, permettent de comprendre Martin Disler. Des coups au cœur comme une exposition complémentaire à celle de 89, comme un deuxième volet représentatif de l’évolution qu’un artiste peut entreprendre dans sa production artistique et plus généralement dans sa carrière.

 

05_e_2002_0570_r_%e2%88%8f_mah_geneve_photo_mah_cdag-gr

08_e_2002_0648_%e2%88%8f_mah_geneve_photo_andrc_longchamp-gr


Martin Disler
Des coups au cœur  
Du 7 avril au 30 juillet
Cabinet des arts graphiques du Musée d’art et d’histoire
Promenade du Pin 5
1204 Genève
www.mah-geneve.ch
Partager cette page

Partenaires