Concert, piano, musique

Dialogues intemporels 

mai 10, 2017 2:33 Publié par

A moins de fréquenter une Haute école de musique, il est rare de pouvoir s’entretenir avec un compositeur avant qu’un concert soit donné. Le public, qu’il connaisse de près ou de loin l’œuvre qu’il est sur le point d’écouter, n’a en effet aucun moyen de trouver une réponse aux questions qu’il se pose sur celle-ci, malgré les articles ou ouvrages lus sur le sujet. Le 16 mai, c’est une rencontre avec Claus-Steffen Mahnkopf qui est proposée avant le concert Portraits croisés de l’Ensemble Contrechamps, qui réunit deux créations du compositeur allemand né en 1962, ainsi qu’une de Gustav Mahler: les Kindertotenlieder (1900-1904). 

Texte | Laurence Amsalem

En symbiose avec l’histoire

Le compositeur Claus-Steffen Mahnkopf a été logé à la bonne enseigne en recevant une formation complète en théorie de la musique, en piano, en musicologie et en sociologie dans diverses universités allemandes. Parmi ses enseignants, l’on compte le compositeur suisse Klaus Huber, mais aussi Jurgen Habermas. Professeur de composition depuis 2005 à l’Académie de Musique et de Théâtre de Leipzig, il est aussi l’auteur d’une centaine d’essais et de nombreux livres traitant de la théorie de la musique. Il a également largement participé à l’édition du journal Musik & Ästhetik. Lors du concert du 16 mai, c’est une œuvre de commande de Contrechamps qui sera interprétée par l’ensemble: Con Luigi Nono (2017), où Mahnkopf rend un hommage et formule une réponse au quatuor à cordes de Luigi Nono (1924-1990), une partition qu’il a étudiée dans les archives du compositeur à Venise. Les hommages sont fréquents dans son œuvre et son approche vis-à-vis de ceux-ci est très philosophique, voire poétique. Durant leur réalisation, il tente de se rapprocher le plus possible de l’esprit, de l’esthétique et du travail de l’auteur en question, en se mettant en quelque sorte dans sa peau.

Mahnkopf VS Mahler

Con Luigi Nono sera confrontée aux Kindertotenlieder («Chants sur la mort des enfants»), de Gustav Mahler, cycle de cinq lieder pour voix et orchestre transcrits pour ensemble par Rainer Riehn en 1987. L’œuvre précède de quelques années le décès de l’une des filles en bas âge de Mahler. Cette rencontre mettra en lumière les liens existants entre la musique des deux hommes appartenant à deux siècles différents, aussi bien sur le plan musical qu’idéologique. En effet, le créateur du Chant de la Terre n’était pas non plus insensible à la poésie. Pour l’œuvre interprétée par Contrechamps, il s’est d’ailleurs inspiré d’extraits d’un recueil de 428 poèmes que Friedrich Rückert avait écrit suite à la mort de ses deux enfants. Lors de la conférence, il sera intéressant de connaître l’avis de Claus-Steffen Mahnkopf sur cette rencontre, lui qui n’a jamais (encore) réalisé d’hommage à Gustav Mahler.

gustav-mahler-grandhotel-toblach-dobbiaco

Interprétation inédite

Au programme du concert figure également la toute première Kammersymphonie pour orchestre de chambre de Mahnkopf, réalisée en 1993-1994, ce qui permettra de revenir sur ses débuts. Pour interpréter ces va-et-vient entre différentes périodes et créations, c’est l’alto Bernarda Fink qui prêtera sa voix. Familière des lieder de Mahler qui figurent dans l’un de ses derniers albums, la chanteuse argentine, en plus de réaliser de nombreuses prestations avec de prestigieux ensembles de par le monde, dispense de façon régulière des masterclasses à Vienne, Salzbourg, Aix-en-Provence et Baden. A ses côtés et à ceux de l’Ensemble Contrechamps figureront les solistes Maximilian Haft (au violon), Hans Egidi (à l’alto) et Aurélien Ferrette (au violoncelle), sous la direction du chef invité Clement Power, préfigurant une intense soirée.

Ensemble Contrechamps 
Portraits Croisés 
16.05 à 20h 
Conférence avant concert à 18h45 
Studio Ernest-Ansermet 
Passage de la Radio 2 
1205 Genève
www.contrechamps.ch
Partager cette page

Partenaires