Garde-temps connecté

A l’heure où l’univers de la montre offre des formats inouïs aux multiples fonctionnalités, Samsung sort encore une fois son mikado du jeu avec sa nouvelle Samsung Galaxy Watch LTE. Cette fois loin d’être présentée comme une montre de sport, ce nouveau modèle se veut smartwatch avant tout. La brillante firme sud-coréenne propose donc le top de sa technologie : Tizen, Oled et bague circulaire au programme. Et c’est en décembre dernier à Villars-sur-Ollon, qu’elle a dévoilé à la presse européenne son tout dernier bijou horloger tout en technicité et design. Le numéro un mondial des smartphones refaçonne notre façon d’user de sa montre à travers une expérience interactive inégalée. Difficile de ne pas être aimanté par cette dernière mouture qui se distingue par un look un brin boyish et son affichage permanent, comme la détection automatique d’activité. Test hautement tech du modèle qui nous a tapé dans l’oeil : la Galaxy Watch midnight black 46mm.

Montre multifonction

Un an après une Gear Sport au design classique, Samsung renoue avec les codes de l’horlogerie avec sa nouvelle version de garde-temps connecté. Son interface nous a tout de suite interpellé! Grâce à sa bague circulaire ultra intuitive, le système d’exploitation Tizen rivalise de fluidité. En la faisant tourner, il est ainsi possible de changer les informations affichées. Incliné à gauche. on trouve les diverses notifications à l’instar des messages, emails ou whatsapp. En obliquant la bague circulaire dans le sens des aiguilles d’une montre, on accède à la kyrielle de services de la montre : météo, contrôle de la musique, actualité, pratique sportive et autres applications. On peut même personnaliser l’ordre des écrans afin d’accéder plus rapidement aux plus sollicités. Inutile de rappeler que la Samsung Galaxy Watch permet en outre d’appeler, s’orienter ou encore écouter de la musique. La tendance tendant désormais vers le bien-être, cette nouvelle tocante se dote d’un tracker en cardiofréquencemètre hautement développé pour analyser le sommeil et les cycles REM. Une fonction qu’on adore et qui nous permet de nous motiver à améliorer nos habitudes de léthargies clairement carencées! Pour les férus de sport, la montre est doté d’un détecteur d’activités qui reconnaît différentes activités sportives, les enregistre tout en mesurant la fréquence cardiaque. Ainsi, la Galaxy Watch est capable de gérer un total de 21 exercices d’intérieur et 39 types d’entraînement différentes.

Pimp your Galaxy Watch

L’une des forces de la Galaxy Watch est la possibilité de changer de cadran et de personnaliser l’apparence de la montre. Il y a des milliers de modèles parmi lesquels choisir (beaucoup d’entre eux sont gratuits) et l’on peut en stocker des dizaines sur la montre (4 Go de mémoire interne). Grâce à l’affichage Amoled net et contrasté, les cadrans sont incroyablement détaillés. La plupart des cadrans de montres analogiques entretiennent très bien l’illusion d’une montre classique, du moins à quelques mètres de distance. En plus, Samsung a prévu un design à la carte en offrant des bracelets interchangeables pour les trois modèles de montre proposés: Silver, Midnight Black et Rose Gold. Pour les nostalgiques des breloques d’autrefois, Samsung a intégré une fonctionnalité à sa montre qui fait «tic-tac» lorsqu’on la rapproche de son oreille ainsi que des signaux horaires et un effet de profondeur avec ombrages, de façon à donner l’impression d’un chronographe classique avec tous ses détails. On n’omettra pas de mentionner dans l’innombrable panoplie de fonctionnalités et effets pratiques que grâce à la nouvelle connectivité LTE de la Galaxy Watch, on peut laisser le smartphone à la maison! La montre se suffit à elle-même!

Samsung Galaxy Watch LTE
A partir de 329 CHF

Une eSIM pour la fonctionnalité LTE de la Galaxy Watch est déjà disponible chez Swisscom et Sunrise.

www.samsung.com

Directrice éditoriale et artistique, co-founder

Née à Genève, Mina Sidi Ali grandit à Alger puis revient entamer un cursus scolaire d’où elle sort diplômée d’un double master des Relations Internationales et de Sociologie à l’Université de Genève. Après avoir sillonné la planète terre, vécu au Japon et en Afrique du Sud entre autres, elle s’unit à l’univers des mots. Entre sémio et typo, elle s’affilie à la galaxie de l’écrit. En 2012, elle se prend à rêver les yeux ouverts et aux côtés d’Olivier Gurtner, reprend les rênes du magazine culturel Go Out! jusqu’en 2016 où elle poursuit dorénavant l’aventure éditoriale seule. Eprise de cinéma d’auteur, d’art contemporain et de design, cette sondeuse de nouvelles tendances voue un amour fou pour sa ville natale et sa généreuse culture.